NOUVELLES
29/09/2016 20:25 EDT | Actualisé 30/09/2017 01:12 EDT

Australie: Lockheed Martin fournira les systèmes de combat des sous-marins de conception française

Le groupe américain Lockheed Martin fournira les systèmes de combat qui équiperont les 12 sous-marins récemment commandés par l'Australie au groupe français DCNS, a annoncé vendredi le gouvernement australien.

La branche australienne du groupe de défense américain a coiffé au poteau son compatriote et rival Raytheon pour équiper en systèmes les bâtiments fournis par DCNS.

Le français a remporté en avril un mégacontrat d'une valeur estimée à 50 milliards de dollars australiens (34 milliards d'euros) pour la construction de la prochaine génération de sous-marins d'attaque australiens, la maintenance et la formation des personnels.

"Lockheed Martin a remporté le contrat" pour les systèmes de combat, a déclaré aux journalistes le ministre australien de l'Industrie de la Défense Christopher Pyne, chiffrant ce contrat à 1,4 milliard de dollars australiens.

Le contrat passé avec DCNS comprend le dessin et la fabrication de 12 sous-marins d'attaque, une nouvelle version conventionnelle du Barracuda, qui sera baptisée le Shortfin Barracuda.

Le français était en concurrence avec l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS) et un consortium emmené par Mitsubishi Heavy Industries et soutenu par le gouvernement japonais.

L'Australie a également décidé d'envoyer une équipe à Cherbourg pour lancer les travaux préparatoires, tandis que DCNS renforcera sa présence à Adélaïde, où seront construits les sous-marins.

"Ce sont des emplois pour les Australiens et de nouveaux investissements pour l'Etat", a déclaré M. Pyne. "La construction des infrastructures débutera en 2017", a-t-il ajouté.

Le contrat avec Lockheed Martin doit générer 200 emplois qualifiés en Australie pendant les phases de design et de construction. Globalement, le programme de construction des sous-marins doit mobiliser 2.800 emplois.

"En nouant un partenariat avec une entreprise basée en Australie et ayant des liens étroits avec les USA, nous nous assurons d'obtenir le meilleur de la technologie australienne et américaine, tout en veillant à ce que notre technologie sensible soit protégée", a déclaré dans un communiqué la ministre australienne de la Défense Marise Payne.

Les nouveaux vaisseaux remplaceront les sous-marins conventionnels (à propulsion diesel ou électrique) de la classe Collins, qui datent des années 1990.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a salué le choix de Lockheed Martin.

"Ceci constitue une première étape clé dans la mise en oeuvre du choix par l'Australie d'un partenariat de long terme avec la France dans le domaine stratégique des sous-marins", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"La DCNS se félicite d'un partenariat stratégique avec le gouvernement australien, Lockheed Martin et l'industrie australienne", a pour sa part déclaré Hervé Guillou, le patron du constructeur naval détenu à 62% par l'Etat français.

burs-bp/jac/juf

LOCKHEED MARTIN

THALES

RAYTHEON