INTERNATIONAL
29/09/2016 02:55 EDT | Actualisé 29/09/2016 02:55 EDT

Climat: les scientifiques estiment que l'accord de Paris ne suffira pas

AP/Andy Wong

Des scientifiques chevronnés demandent aux dirigeants du monde d'arrêter de se féliciter pour l'accord de Paris sur les changements climatiques puisque s'ils ne redoublent pas d'ardeur, les températures globales atteindront probablement des niveaux dangereux dans environ 35 ans.

Six scientifiques qui ont joué un grand rôle dans les grandes conférences internationales sur le climat publiaient jeudi un rapport affirmant que sans autre engagement sur la diminution des gaz à effets de serre, le monde se réchauffera d'un degré Celsius d'ici 2050.

Ce cap d'un degré est crucial étant donné qu'en 2009, les leaders mondiaux s'étaient entendus pour éviter un réchauffement de deux degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. Les températures ont déjà grimpé d'un degré Celsius, ce qui signifie donc que cet objectif de deux degrés vise essentiellement à éviter de gagner un autre degré.

En considérant les cibles établies par les 190 pays dans l'accord conclu à Paris au mois de décembre, les scientifiques concluent que cela ne suffira pas.

L'auteur principal du rapport, Sir Robert Watson, note que ces cibles ne parviendront "même pas à s'approcher" de l'objectif.

M. Watson, un ancien scientifique en chef de la Banque mondiale, ajoute que "si les gouvernements sont sérieux", ils devront se fixer des cibles beaucoup plus ambitieuses.

Avec seulement les objectifs de l'accord de Paris, la Terre atteindra probablement un cap dangereux d'ici 2050, selon les calculs des scientifiques. Avec des diminutions un peu plus importantes, le monde parviendrait seulement à reporter cela de 20 ans.

M. Watson dit avoir été "frappé par la naïveté" du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon et de l'ancien président américain Al Gore qui célébraient les vertus de l'accord il y a quelques semaines, à Washington.

Le rapport n'a pas été publié dans un journal scientifique. Six scientifiques extérieurs à l'étude ont examiné le rapport pour le compte de l'Associated Press ont conclu que les résultats étaient solides.

"C'est un bon résumé de ce qui est de notoriété publique dans la communauté des experts sur le climat, mais qui n'est pas généralement reconnu par le public et même par les politiciens", a souligné Stefan Rahmstorf, un expert de l'Institut Potsdam en Allemagne.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter