NOUVELLES
28/09/2016 17:03 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

Un trafiquant de défenses de narval plaide coupable à dix accusations aux É.-U.

BANGOR, Maine — Un agent retraité de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) accusé d'avoir transporté illégalement des défenses de narval de l'autre côté de la frontière a plaidé coupable aux États-Unis, mercredi, à dix chefs d'accusation de blanchiment d'argent.

Selon les procureurs, Gregory Logan, 59 ans, de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, a introduit en contrebande 250 défenses de narval dans l'État du Maine en les cachant dans de faux compartiments de son véhicule. Les infractions auraient été commises sur une période de sept ans. La valeur des défenses serait de 2 à 4 millions $.

Le narval est un cétacé de taille moyenne connu pour sa longue défense torsadée en ivoire qui peut mesurer jusqu'à 2,5 mètres. Il s'agit d'une espèce protégée au Canada et aux États-Unis.

Gregory Logan, qui était encore à l'emploi de la GRC lorsqu'il a commencé à introduire les défenses aux États-Unis, fait face à une peine maximale de 20 ans de prison et à une amende de 500 000 $ US pour chaque chef d'accusation. Il avait initialement été accusé de contrebande, de complot et de blanchiment d'argent.

Il a plaidé coupable au Canada à des accusations liées à la contrebande d'animaux sauvages et les termes de son extradition aux États-Unis prévoyaient qu'il ne serait accusé que de blanchiment d'argent dans ce pays.

Les procureurs américains affirment que Gregory Logan avait une case postale dans un centre d'envoi de colis d'Ellsworth, au Maine, d'où les défenses étaient envoyées à leurs acheteurs américains, et qu'il avait aussi un compte bancaire à Bangor, également au Maine, qui lui permettait de transférer l'argent au Canada.

L'homme, qui a pris sa retraite de la GRC en 2003, a été condamné au Canada à une peine de huit mois avec sursis à purger dans la communauté, y compris quatre mois de détention à domicile. Il a également dû payer une amende de 385 000 $.

Selon Environnement Canada, cette amende est la plus lourde imposée au Canada pour des infractions à la Loi sur la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial.

Au Canada, seuls les Inuits ont le droit de capturer le narval, précise Environnement Canada sur son site web.