NOUVELLES
28/09/2016 12:21 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

Un accord politique en Syrie n'est plus une "option viable" (opposition)

L'escalade de la violence en Syrie, particulièrement dans les quartiers rebelles d'Alep, montre qu'une solution politique à ce conflit "n'est plus une option viable", a indiqué mercredi un responsable de l'opposition au régime de Bachar al-Assad.

Les rebelles sont en train d'"envisager toutes les options pour défendre le peuple syrien contre l'agression russe" en Syrie, a déclaré dans un communiqué Mouwafaq Nyrabia, vice-président de la Coalition nationale syrienne (CNS), la principale formation de l'opposition syrienne en exil.

"Une solution politique n'est plus une option viable dans le climat actuel", a-t-il ajouté.

"Les oppositions armée et politique travaillent à resserrer les rangs et définir leurs priorités à la lumière de la campagne militaire féroce menée par le régime et ses alliés", a-t-il poursuivi, sans donner plus de détails.

La Coalition nationale syrienne n'a pas fait de communiqué officiel en son nom.

Damas et son allié russe ont lancé le 22 septembre une offensive en vue de reprendre la totalité de la ville d'Alep, l'ancienne capitale économique du pays divisée depuis 2012 entre quartiers rebelles et prorégime.

Cette escalade de violence survient après l'échec d'un accord de trêve américano-russe signé à Genève le 9 septembre mais qui a volé en éclat dix jours plus tard.

La guerre civile en Syrie a fait plus de 300.000 morts et poussé à l'exode des millions d'autres en cinq ans et demi.

sah/nbz