NOUVELLES
28/09/2016 06:01 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

Syrie: Ayrault menace ceux qui ne voteront pas la résolution française de "complicité de crimes de guerre"

La France propose à l'ONU une résolution pour un cessez-le-feu à Alep et ceux qui ne la voteront pas "prendront le risque de porter la responsabilité de complicité de crimes de guerre", a affirmé mercredi le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault.

S'exprimant devant l'Assemblée nationale, le chef de la diplomatie française a déclaré: "Nous proposons la discussion aux Nations Unies d'une résolution pour obtenir un cessez-le-feu à Alep. Cette résolution placera chacun devant ses responsabilités: ceux qui ne la voteront pas prendront le risque de porter la responsabilité de complicité de crimes de guerre".

"La brutalité des attaques menées ces derniers jours, le pilonnage systématique d'Alep, les ciblages d'hôpitaux et de convois humanitaires soulèvent l'écoeurement et l'indignation internationale", a-t-il ajouté. "Tout ceci confirme que le régime syrien, avec l'appui de la Russie et de l'Iran, est engagé désormais dans une guerre totale contre son peuple".

"Nous ne laisserons pas faire qu'Alep devienne le Guernica du 21e siècle", a-t-il conclu.

Dimanche à New York, l'ambassadeur français à l'ONU François Delattre avait déjà dénoncé des "crimes de guerre" à Alep, estimant que ces crimes "ne doivent pas rester impunis", juste avant l'ouverture d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

Devant des journalistes, M. Delattre a accusé le régime syrien et son allié russe de poursuivre une solution militaire en Syrie et de se servir des négociations comme d'un "écran de fumée".

Après plusieurs jours d'intenses bombardements sur Alep, qui ont fait la semaine dernières des dizaines de morts, la plupart civils, l'armée syrienne a commencé à avancer dans la ville, s'emparant d'un quartier tenu par les rebelles dans le centre.

mm/mw/prh