NOUVELLES
28/09/2016 05:39 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

Propagande du groupe EI: cinq arrestations en Espagne, Allemagne et Belgique

Les autorités espagnoles ont annoncé mercredi les arrestations en Espagne, Allemagne et Belgique de cinq membres présumés d'une cellule de propagande en ligne de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), lors d'une opération de police internationale.

Deux arrestations ont eu lieu à Barcelone en Espagne, une dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, une à Wuppertal dans l'ouest de l'Allemagne et une à Bruxelles, selon le ministère espagnol de l'Intérieur.

Quatre des cinq détenus sont de nationalité espagnole, le dernier est Marocain, a précisé la police espagnole dans un communiqué distinct.

"Les cinq détenus formaient une cellule dotée d'une structure parfaitement organisée, aux ordres de l'organisation terroriste Daech (EI), qui agissait à travers différents canaux d'internet menant vers la page Facebook +Islam en Español+, qu'administraient les personnes arrêtées en Allemagne et Belgique", selon le ministère de l'Intérieur.

Cette page Facebook majoritairement en espagnol "est suivie par 32.500 internautes", a ajouté le ministère dans un communiqué. "Sous prétexte de divulger un contenu religieux, elle intercale des messages et commentaires radicaux glorifiant les combattants jihadistes et les actions menées par Daech" (acronyme arabe de l'EI), assure le ministère à Madrid.

La cellule démantelée représentait "une menace grave, concrète et continue pour la sécurité de l'Europe", a insisté la police espagnole.

Les cinq détenus sont accusés d'avoir voulu inciter les internautes à commettre des attentats et de chercher à recruter des candidats au jihad.

"Des forces spéciales de la police de Rhénanie du Nord-Westphalie (Allemagne) ont interpellé tôt mercredi matin à Wuppertal un Espagnol de 20 ans sur la base d'un mandat d'arrêt international", a confirmé le ministère de l'Intérieur de cette région allemande.

L'Espagnol, d'origine marocaine, interpellé en Allemagne est soupçonné d'avoir diffusé des vidéos d'actes de violence sur les réseaux sociaux, essentiellement en Espagne.

L'Espagne a jusqu'à présent été épargnée par des attentats meurtriers revendiqués par l'EI, contrairement à la France voisine, touchée depuis 2015 par une série d'attaques qui ont fait au moins 238 morts.

La police espagnole fait état des arrestations de "143 jihadistes" présumés depuis 2015, dont 113 en Espagne et 30 dans des opérations menées dans d'autres pays.

lbx-dsa/mck/prh