NOUVELLES
28/09/2016 12:10 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

Les femmes occupent 12 % des sièges des conseils d'entreprises du TSX

TORONTO — La proportion de femmes qui occupent des sièges sur les conseils d'administration des sociétés inscrites à la Bourse de Toronto a légèrement augmenté pour atteindre 12 pour cent, a révélé mercredi le rapport d'une coalition des autorités réglementaires provinciales en valeurs mobilières.

Il y a un an, elles occupaient 11 pour cent de tous les sièges des conseils de 677 entreprises inscrites au parquet torontois, selon le rapport des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM). Cette croissance d'un point de pourcentage représente 47 sièges.

Au cours de l'année, un total de 521 sièges de conseils d'administration se sont libérés, a précisé le rapport de l'ACVM.

De ceux-ci, 15 pour cent, soit 76 sièges, ont été attribués à des femmes.

La présidente et chef de la direction de la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario, Maureen Jensen, avait fait allusion au rapport mardi, dans une allocution devant la chambre de commerce de la région de Toronto, en qualifiant ses résultats de «décevants».

Selon Mme Jensen, les rotations effectuées au sein des conseils représentent une bonne occasion pour les entreprises qui veulent augmenter la représentation féminine dans ces rôles.

«Sans amélioration ici, nous n'allons jamais atteindre (le taux de) représentation féminine de 30 pour cent», a affirmé Mme Jensen. «Jamais.»

Le rapport a observé que les entreprises qui ont mis en place des cibles formelles quant au nombre de femmes qu'elles aimeraient voir siéger à leur conseil d'administration avaient tendance à obtenir une meilleure représentation féminine.

La représentation féminine des sociétés avec une politique formelle s'établissait à 18 pour cent, contre environ 10 pour cent pour celles qui n'en avaient pas.

«Les résultats de cet examen montrent que les obligations se sont généralement traduites par une amélioration de l'information fournie par les émetteurs et qu'elles ont une incidence positive sur la représentation féminine au conseil», a déclaré dans un communiqué le président des ACVM et président-directeur général de l'Autorité des marchés financiers du Québec, Louis Morisset.

Les autorités réglementaires de chaque province et territoire, à l'exception de l'Île-du-Prince-Édouard, de l'Alberta et de la Colombie-Britannique, ont mis en place à la fin de 2014 une politique de type «conformez-vous ou expliquez-vous».

Cette politique oblige les entreprises inscrites en Bourse à dévoiler certaines statistiques sur la représentation féminine au sein de leur conseil d'administration et au sein de leur haute direction.