NOUVELLES
28/09/2016 12:00 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

La Russie prête à continuer à coopérer avec les Etats-Unis sur la crise syrienne (ministère de la Défense)

La Russie est prête à continuer à coopérer avec les Etats-Unis dans le règlement de la crise syrienne, a annoncé mercredi soir le ministère russe de la Défense après les menaces de Washington de geler sa coopération avec Moscou.

"Après l'entretien téléphonique entre le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d'Etat américain John Kerry, le président a chargé les ministères des Affaires étrangères et de la Défense d'être prêts à continuer à travailler conjointement avec nos partenaires américains sur le dossier syrien", a déclaré le général Viktor Poznikhir, un haut responsable de l'état-major de l'armée russe.

"Il est prévu dans un avenir très proche d'envoyer des experts russes à Genève pour la reprise des consultations avec la partie américaine afin de trouver des solutions pour la normalisation de la situation à Alep, et plus globalement en Syrie", a ajouté le général lors d'un briefing.

Cette proposition de consultations à Genève, où militaires russes et américains ont travaillé à plusieurs reprises ces derniers mois pour tenter de se mettre d'accord sur la Syrie, intervient après un appel téléphonique de John Kerry à Sergueï Lavrov.

Après l'échec de la trêve en Syrie et la reprise avec une intensité sans précédent des raids aériens sur Alep par les avions russes et ceux de Bachar al-Assad, John Kerry a informé son homologue russe que "les Etats-Unis se préparaient à suspendre leur engagement bilatéral avec la Russie sur la Syrie".

Cette coopération entre les deux puissances, qui parrainent officiellement le processus diplomatique sur la Syrie, sera abandonnée à moins que "la Russie prenne des mesures immédiates pour mettre fin à l'assaut sur Alep et rétablisse la cessation des hostilités", a mis en garde John Kerry selon le communiqué du département d'Etat.

M. Kerry a notamment cité la mise sur pied d'un "centre conjoint" de coordination militaire prévu par un accord de trêve américano-russe signé à Genève le 9 septembre mais qui a volé en éclats dix jours plus tard.

kat/lpt