NOUVELLES
28/09/2016 04:36 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

L'International New York Times, ex-Herald Tribune, quitte partiellement Paris

L'International New York Times, héritier de l'International Herald Tribune installé à Paris depuis 129 ans, va supprimer 69 de ses 113 postes parisiens, ne conservant sur place que ses correspondants en France et la régie publicitaire, a annoncé mercredi à l'AFP Pascal Lebegue, un délégué syndical du journal.

Cette version internationale du New York Times n'est plus éditée à Paris depuis quelques jours et le pôle de fabrication fermera début octobre, a dit Pascal Lebegue. La direction avait annoncé ce plan en avril.

A partir du 11 octobre, ne resteront plus à Paris que les activités publicitaires et les correspondants en France. L'édition et la pré-impression de la version internationale du quotidien américain, depuis toujours réalisée à Paris, sont en train d'être réparties entre New-York et Hong-Kong.

"Ce qui faisait la richesse de ce journal depuis 129 ans, c'était la présence à Paris des journalistes qui l'écrivaient, maintenant ils sont basés à New York", a déploré Pascal Lebegue.

Ce titre, seul grand journal international en anglais réalisé à Paris, était destiné au public européen avec également une version pour l'Asie.

Il était paru pour la première fois en octobre 1887 sous le nom de Paris Herald, en tant qu'édition européenne du quotidien New York Herald et visait notamment les expatriés américains.

Après la fermeture de ce dernier en 1966, le New York Times et le Washington Post sont entrés au capital, où ils se sont retrouvés seuls actionnaires, à 50-50, à partir de 1991.

Le New York Times avait fini par racheter les parts de son partenaire en 2003 et en 2013 l'avait rebaptisé International New York Times.

"Sans ces changements, l'avenir du journal international serait au mieux incertain", avaient estimé les dirigeants du journal dans un mémo envoyé aux salariés en avril.

Le New York Times a fait du numérique sa priorité pour la croissance à l'international et c'est la ville de Londres qui a été choisie pour développer cet aspect.

Selon l'OJD, l'International New York Times s'est vendu à un peu plus de 170.000 exemplaires par jour dans le monde sur les douze derniers mois (dont 16.000 en France) avec une baisse de 5% sur un an, mais par rapport à d'autres titres, il résistait bien depuis 2012, quand il se vendait à 183.000 exemplaires

Le New York Herald Tribune, ancien nom de l'IHT, était entré dans la légende du cinéma français depuis que Jean-Luc Godard avait filmé en noir et blanc l'actrice américaine Jean Seberg le vendant à la criée sur les Champs-Elysées dans "À bout de souffle" (1960).

sr-leb/ial/mw/bds

THE NEW YORK TIMES COMPANY