NOUVELLES
28/09/2016 08:29 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

L'Arabie organise un exercice naval dans le Golfe sur fond de tension avec l'Iran

La marine de l'Arabie saoudite va organiser la semaine prochaine un exercice naval dans les eaux du Golfe et dans le détroit stratégique d'Ormuz, a annoncé mercredi une source officielle, alors que la tension est vive entre le royaume et l'Iran.

L'exercice, baptisé "Bouclier du Golfe 1", se déroulera aussi en mer d'Arabie avec la participation de navires, d'avions, des militaires de la marine et d'autres corps de l'armée, a précisé le commandant de la marine royale saoudienne, le général Abdallah al-Sultan.

Le royaume sunnite et l'Iran chiite, dont les territoires bordent les deux rives du Golfe, n'entretiennent plus de relations diplomatiques depuis janvier, et s'opposent sur plusieurs questions régionales, dont la guerre en Syrie et au Yémen.

Cité par l'agence officielle Spa, le général Sultan a expliqué que le "Bouclier du Golfe 1" serait le premier d'une série d'exercices de ses troupes dans la région.

L'exercice est destiné à "augmenter l'aptitude au combat", améliorer la capacité à défendre les frontières du royaume et "prévenir toute agression ou actes terroristes potentiels", selon l'agence.

L'Arabie saoudite dirige une coalition militaire arabe, intervenue en mars 2015 au Yémen contre les rebelles chiites Houthis qui, accusés de liens avec l'Iran, avaient conquis plusieurs pans du territoire yéménite, dont la capitale Sanaa.

La coalition, dotée d'une force navale, impose un blocus au Yémen pour empêcher l'acheminement d'armes aux rebelles et à leurs alliés. Ryad et les Etats-Unis accusent l'Iran de livrer des missiles et d'autres types d'armes aux rebelles, ce que Téhéran nie.

L'Iran et l'Arabie saoudite ont poursuivi leur guerre des mots dans des tribunes de leurs chefs de diplomatie, parues récemment dans de grands journaux américains.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, a écrit le 18 septembre dans The Wall Street Journal que l'"Iran doit renoncer à ses activités subversives et hostiles et cesser de soutenir le terrorisme".

Son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, soulignait le 13 septembre dans The New York Times que "le principal catalyseur de la violence (dans la région) est l'idéologie extrémiste promue par l'Arabie saoudite".

Les Etats-Unis, alliés de Ryad, accusent régulièrement l'armée iranienne d'avoir un comportement menaçant à l'égard des bateaux militaires américains dans les eaux internationales du Golfe.

it/tm/nbz