NOUVELLES
28/09/2016 05:27 EDT | Actualisé 28/09/2016 05:28 EDT

La professeure Homa Hoodfar sera de retour à Montréal jeudi matin

La Canadienne d'origine iranienne Homa Hoodfar sera de retour à Montréal jeudi matin.

L'ex-professeure de sociologie et d'anthropologie à l'Université Concordia a été relâchée lundi de la sinistre prison d'Evin, en Iran. Elle avait immédiatement quitté le pays pour se rendre à Oman.

L'université a indiqué dans un communiqué que Mme Hoodfar, âgée de 65 ans, s'adresserait aux journalistes à l'aéroport Montréal-Trudeau.

Puisque le Canada n'a plus de représentation diplomatique en Iran depuis 2012, le pays a bénéficié du soutien des gouvernements d'Oman, d'Italie et de Suisse pour assurer sa libération.

D'après sa famille, Homa Hoodfar s'était rendue en Iran au début février pour visiter des proches et mener des recherches archivistiques à la bibliothèque parlementaire de Téhéran.

Arrêtée une première fois en mars, elle s'était par la suite vu interdire de quitter le pays.

Elle a été arrêtée et incarcérée le 6 juin. Au courant de l'été, Mme Hoodfar a été hospitalisée.

Un procureur iranien a reproché à Mme Hoodfar de "baigner dans des activités féministes". D'après sa famille, des accusations de propagande contre l'État et de collaboration avec des États étrangers contre la République islamique d'Iran ont été déposées contre elle.

Citant le ministère iranien des Affaires étrangères, l'agence de presse iranienne Fars News avait indiqué lundi que la professeure avait été libérée pour des raisons humanitaires.