NOUVELLES
28/09/2016 13:23 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

Haïti: l'ex-président Aristide est un atout de campagne (candidate Maryse Narcisse)

La candidate à la présidence d'Haïti Maryse Narcisse considère comme un atout l'implication dans sa campagne électorale de l'ex-président Jean-Bertrand Aristide, qui vit une "relation d'amour avec le peuple haïtien".

"Les gens sont contents de voir et le président Aristide et moi: ce qu'ils disent c'est +Ban'm papa'm, ban'm manman'm+ ce qui veut dire +je veux avoir mon père, je veux avoir ma mère+", a déclaré Mme Narcisse mercredi à l'AFP, tout en se défendant de faire du populisme.

"Je ne parlerais pas de paternalisme ou de maternalisme: c'est une façon de dire +Nous voulons quelqu'un qui puisse prendre les rênes du pays, en qui nous avons confiance+. Et, très souvent, les parents sont ceux en qui ils ont confiance", a-t-elle relevé, se réjouissant de la participation active d'Aristide dans sa campagne.

Il n'avait que tardivement soutenu la candidate du parti Fanmi Lavalas lors du scrutin de 2015 --annulé depuis--. Cette fois, en vue du nouveau vote prévu le 9 octobre, il l'accompagne dans tous ses déplacements.

Mais ce tandem est loin de faire l'unanimité.

Mi-septembre, des manifestants ont empêché la caravane de campagne de pénétrer dans le quartier défavorisé de Raboteau, bastion de la lutte anti-Aristide en 2004, dans la ville des Gonaïves (nord de Port-au-Prince).

Mais Mme Narcisse a démenti l'existence d'une quelconque hostilité, dénonçant une "propagande médiatique" à son encontre. "Je ne peux pas vous dire s'il y a eu des incidents après notre passage mais, au moment où nous sommes arrivés aux Gonaïves, c'était une foule en liesse qui nous a accueillis", a-t-elle affirmé.

En 1990, celui qui était alors prêtre dans les bidonvilles de la capitale avait été le premier président élu au suffrage universel après trente ans de dictature des Duvalier père et fils.

Mais sept mois après sa prise de fonction, Titid comme il est surnommé par ses sympathisants avait été victime d'un coup d'Etat. Il a vécu en exil aux Etats-Unis jusqu'en 1994.

Réélu en 2000, il a de nouveau été chassé du pouvoir en février 2004 par d'importantes manifestations et une révolte armée. Mme Narcisse, médecin épidémiologiste, a alors pris la tête du Fanmi Lavalas.

A son retour d'exil en Afrique du Sud en 2011, Aristide a déclaré ne plus vouloir participer à la vie politique haïtienne. Il se montrait rarement en public jusqu'à encore très récemment.

Annulé par les autorités en raison de "fraudes massives", le premier tour du scrutin présidentiel a été réorganisé pour le 9 octobre.

A l'approche de cette nouvelle échéance, les incidents entre partisans de partis rivaux et même entre certains candidats aux législatives, se multiplient.

"Nous voyons des candidats qui se permettent n'importe quoi", a déploré la candidate de 57 ans, arrivée quatrième l'an dernier.

Affectés par une pauvreté extrême, à peine un quart des 6,2 millions d'électeurs s'étaient déplacés pour voter l'an dernier.

amb/elm