NOUVELLES
28/09/2016 00:08 EDT | Actualisé 28/09/2017 01:12 EDT

Exercice militaire naval irano-italien dans le Golfe

Un navire de guerre italien en visite en Iran a mené un exercice naval avec deux navires iraniens dans le détroit d'Ormuz, signe des bonnes relations entre Rome et Téhéran, ont annoncé les médias iraniens.

L'arrivée samedi d'un bâtiment militaire occidental, l'Euro, dans le grand port de Bandar Abbas, sur la côte iranienne du Golfe, constitue un évènement rare depuis la révolution islamique de 1979.

L'Euro, l'Alvand et l'Alborz "se sont rendus jusqu'au détroit d'Ormuz et ont mené des exercices communs", a déclaré l'amiral Hossein Azad, commandant régional de la marine iranienne. "Un hélicoptère iranien et un italien ont volé ensemble et échangé des informations".

Selon l'amiral Habibollah Sayyari, commandant de la marine iranienne, des exercices navals ont été menés ces dernières années avec quinze pays asiatiques et du Proche Orient mais c'est la première fois avec un pays occidental.

Il s'agit d'un "signe positif" qui doit permettre "de renforcer les relations entre nos deux pays", a affirmé l'ambassadeur d'Italie à Téhéran, Mauro Conciatori, cité par l'agence Isna.

L'Italie était le premier partenaire commercial de l'Iran avant le renforcement des sanctions européennes et américaines en 2012 et veut profiter de l'accord sur le dossier nucléaire iranien et la levée d'une partie des sanctions contre Téhéran pour retrouver cette place.

Pour sa première visite dans un pays occidental, le président iranien Hassan Rohani avait choisi en janvier l'Italie.

En avril, le président du Conseil italien Matteo Renzi a été le premier grand dirigeant occidental a été à effectuer une visite à Téhéran après l'accord nucléaire de 2015.

"L'Italie a une place particulière auprès des Iraniens et ses sociétés, son industrie y sont appréciées", avait alors affirmé le président Rohani.

L'Iran n'a pas de relations militaires avec les pays occidentaux et dénonce régulièrement la présence de navires américains, mais aussi français et britanniques, dans le Golfe.

Plusieurs incidents se sont produits ces derniers mois entre des bateaux de guerre iraniens et américains.

sgh/stb/bpe