NOUVELLES
28/09/2016 18:20 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

Climat: l'accord de Paris entrerait sous peu en vigueur grâce à l'Inde et l'UE

L'accord de Paris sur les changements climatiques semble être sur le point d'entrer en vigueur après l'annonce par le gouvernement indien de sa ratification et le signalement par l'Union européenne d'une possible ratification au cours des quelques prochains jours, ont indiqué des responsables, mercredi.

Ces deux ratifications confirmeraient l'approbation de l'accord par des pays comptant pour près de 65 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre, alors que celle-ci doit entrer en vigueur 30 jours après le dépôt aux Nations unies des documents de ratification par 55 pays représentant 55 pour cent des émissions.

Actuellement, 61 pays comptant pour près de 48 pour cent des émissions ont joint officiellement l'accord — dont les deux plus grands pollueurs de la planète, la Chine et les États-Unis. Le Canada a signifié son intention de ratifier l'entente cet automne.

Le porte-parole des Nations unies Stéphane Dujarric a affirmé avoir entendu que l'UE «pourrait déposer ses (documents) de ratification beaucoup plus tôt que ce qui avait été anticipé», ce qui serait une «nouvelle fabuleuse».

Si cela devait se concrétiser avant le 7 octobre, la prochaine conférence des Nations unies sur les changements climatiques, un mois plus tard à Marrakech — le 7 novembre —, s'amorcerait avec la mise en vigueur de l'entente, ce qui, selon M. Dujarric, «enverrait un signal très fort au reste du monde».

Les responsables indiens, qui n'ont pas voulu être identifiés car ils n'étaient pas autorisés à parler aux médias, ont affirmé que l'Inde, comptant pour environ 4,5 pour cent des émissions mondiales, avait ratifié l'accord, mercredi, et planifiait déposer les documents aux Nations unies le 2 octobre, anniversaire de la naissance de Mahatma Ghandi.

L'accord de Paris réclame des actions des pays riches et des pays pauvres pour freiner la hausse des températures mondiales qui contribue à la fonte des glaces, à la montée du niveau des mers et des océans et aux transformations des cycles de précipitations. Il requiert la présentation par les gouvernements de plans nationaux de réduction des émissions pour restreindre la hausse des températures mondiales bien en deçà de 2 degrés Celsius.