NOUVELLES
28/09/2016 04:51 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

Chase Carey se donne « 100 jours pour écouter »

Le nouveau président de Formula One Group, l'Américain Chase Carey, veut prendre le temps d'écouter et compte faire de l'Angleterre sa base pour se rapprocher de la F1.

C'est ce qu'il a expliqué dans un entretien publié sur le site officiel du Championnat du monde de F1.

« Pour les premiers mois, appelez cela les 100 premiers jours, il faut surtout écouter, discuter et digérer. Et ensuite, commencer à donner forme à la nouvelle vision. Bernie [Ecclestone] est le grand patron, et c'est lui qui va superviser tout ça. Je travaillerai avec Bernie pour bâtir un plan stratégique. »

« Je sais comment mettre en valeur des événements sportifs en direct, rappelle-t-il, avec les outils traditionnels, mais aussi avec les nouvelles plateformes numériques. »

L'homme d'affaires américain, qui a « dépoussiéré » la couverture du football américain sur Fox dans les années 1990, veut faire la même chose en F1.

« Quand on m'a proposé cette mission, j'ai réfléchi 10 secondes et j'ai dit oui, puis j'ai eu quelques mois pour réaliser ce que je venais d'accepter (rires).

« J'ai pensé que je pouvais apporter quelque chose à ce produit qui a de grandes possibilités. Le monde salue Bernie pour le travail qu'il a accompli jusqu'ici. Je pense qu'on peut amener la F1 à un autre niveau. C'est la mission qu'on m'a donnée, et c'est très motivant. »

Chase Carey a déjà cerné les trois ingrédients de la réussite de la F1.

« Ces voitures incroyables et cette technologie, ces pilotes de renom, car le monde a besoin de héros, ces circuits exceptionnels. La course est au coeur du spectacle, et il faut créer un événement autour de ça », explique l'Américain.

Et il trouve remarquable que malgré tout ce que le sport peut offrir au public en 2016, la F1 soit restée un produit unique.

« Le sport a toujours été un gros morceau de ce que nous avons bâti à Fox. Et pas juste les sports nord-américains, le soccer, le rugby, la F1. La F1 fait partie des valeurs sûres de Fox Sports. Dans un monde qui en offre toujours plus aux amateurs, la F1 est restée un produit unique. Les sports ayant un rayonnement mondial ont une valeur de plus en plus importante. »

« Je pense aux Jeux olympiques ou à la Coupe du monde de soccer, mais le Championnat du monde de F1 a l'avantage d'être présenté chaque année, et ça dure 9 mois. C'est un atout extraordinaire que la F1 doit exploiter. »

Zak Brown pressenti

Il est question que l'Américain Zak Brown devienne le responsable du volet commercial de la F1. Il a démissionné le 26 septembre de son poste de président de l'agence de marketing CSM Sport & Entertainment.

Ancien coureur automobile, habitant Londres, il a fondé JMI (Just Marketing International), la plus grande agence de marketing du monde en sport automobile, et l'a vendue à CSM pour 85 millions de dollars américains en octobre 2013.

« Je suis impliqué en F1 depuis 15-20 ans, rappelle-t-il. J'aimerais beaucoup en faire davantage. De quelle façon? Pour l'instant, les gens parlent beaucoup, mais il y a bien des façons de s'impliquer en F1. » 

C'est lui qui a ramené Martini en F1 chez Williams, a convaincu Johnny Walker d'investir dans McLaren et la banque d'investissements UBS de s'associer au championnat.

« La F1 est un sport d'envergure mondiale, explique-t-il à motorsport.com. Il tire sa force de sa couverture médiatique. C'est ainsi que l'on touche tout le monde. »

« Les amateurs consomment le sport de nombreuses manières différentes, analyse-t-il, et le numérique et les réseaux sociaux en sont un gros élément, et nous savons tous que c'est un domaine qui a été un point faible pour la F1.

Chase Carey va changer tout ça, croit Zak Brown. 

« Il a une très vaste expérience dans différents sports à travers le monde, rappelle-t-il. Son expérience ne se limite pas à la télévision, mais également à l'aspect numérique. Je pense que c'est là que les amateurs verront le plus grand changement positif. »

On peut tout imaginer...

Le site spécialisé espn.com a proposé des idées :

  • Créer des événements avec les pilotes durant les week-ends de course, par exemple inviter d'anciens pilotes F1 ou des pilotes d'autres championnats à se mesurer aux pilotes F1 actuels. Voire créer de toutes pièces un week-end « all star », comme en NBA ou en LNH.
  • Demander aux équipes de créer des livrées différentes pour certains rendez-vous, par exemple Ferrari en Italie, Haas aux États-Unis, Williams en Grande-Bretagne.
  • Créer des événements F1 en dehors des week-ends de course pour maintenir l'intérêt du produit, par exemple des émissions spéciales sur des circuits mythiques, des pilotes de légende, les grandes batailles en piste. Suivre les équipes, les pilotes dans leur quotidien. Suivre les équipes dans leur préparation hivernale (au risque de dévoiler des secrets aux adversaires).
  • Faire de la remise des prix de fin d'année par la FIA un événement médiatique et attendu par les amateurs, avec par exemple un tirage au sort, comme à l'image des tirages au sort au soccer par la FIFA. Pourquoi ne pas tirer au sort la composition du calendrier de la saison suivante?

Toutes ces idées vont faire évoluer la F1, lui donner une nouvelle dimension aux yeux des amateurs.

« Je ne pense jamais à un plan stratégique qui aille au-delà de deux ou trois ans, précise Chase Carey. Le monde change trop vite. Il faut savoir s'adapter aux circonstances. »

Chase Carey compte installer son quartier général en Grande-Bretagne, ce sera « son chez-lui loin de chez lui », conclut-il. Il se voit pour le moment comme « un vagabond qui devra s'arrêter quelque part dans les prochains mois ».