NOUVELLES
28/09/2016 02:13 EDT | Actualisé 29/09/2017 01:12 EDT

Berlin prépare un plan de sauvetage pour Deutsche Bank (presse)

Le gouvernement allemand et les autorités compétentes préparent un plan de sauvetage de Deutsche Bank au cas où le groupe ne parviendrait pas à trouver l'argent nécessaire pour affronter ses problèmes juridiques, rapporte mercredi Die Zeit.

"En dépit de tous les démentis, le gouvernement allemand et les autorités de surveillance financière compétentes préparent un plan de sauvetage en cas de situation critique pour Deutsche Bank", affirme l'hebdomadaire allemand dans un article à paraître jeudi.

"Des fonctionnaires de haut rang à Berlin, Bruxelles et Francfort travaillent actuellement à un concept" qui doit "entrer en vigueur si Deutsche Bank a besoin de capital supplémentaire pour régler ses démêlés judiciaires mais ne parvient pas à trouver seul des ressources sur le marché", selon Die Zeit, qui ne cite pas ses sources.

La justice américaine réclame à Deutsche Bank 14 milliards de dollars pour solder un ancien litige aux Etats-Unis lié à la crise des "subprimes". Les experts estiment que la banque va parvenir à réduire la facture aux Etats-Unis, mais rien ne dit que les 5,5 milliards mis de côté par l'institut de crédit suffiront à régler l'ensemble de ses 8.000 litiges judiciaires dans le monde.

Le plan d'urgence prévoit la vente de certaines activités de Deutsche Bank à d'autres instituts financiers, affirme Die Zeit. Pour éviter des trous dans les comptes du géant bancaire allemand en cas de cession des activités à un prix inférieur à leur valeur, ces transactions pourraient s'accompagner de garanties publiques, explique le journal.

"En cas d'extrême urgence, l'Etat prendrait une participation directe dans la banque", ajoute-t-il, en précisant qu'une "participation de l'Etat allemand à hauteur de 25% est en discussion".

"Il ne s'agit pour l'instant que de simulations" et Berlin "continue d'espérer que la banque s'en sortira sans son soutien", souligne Die Zeit.

Interrogés par l'AFP, la chancellerie allemande a renvoyé vers la conférence de presse régulière du gouvernement prévue à 11H00 GMT à Berlin, et Deutsche Bank aux déclarations de son patron dans un article paru mercredi dans Bild.

Dans cet entretien, John Cryan a déclaré que les aides de l'Etat n'étaient "pas un sujet" pour la banque allemande. "Je n'ai à aucun moment demandé de l'aide à la chancelière" Angela Merkel, a dit M. Cryan.

Lundi, l'action du groupe avait chuté à des niveaux historiques à la Bourse de Francfort sur la foi de rumeurs affirmant que l'Etat avait refusé toute aide au géant allemand. Le titre avait plongé de 7,54% à 10,55 euros, un niveau auquel il s'est maintenu mardi.

Mercredi, l'action grimpait de 2,05% à 10,77 euros vers 09H40 GMT, revigorée par l'annonce de la vente par Deutsche Bank de l'assureur britannique Abbey Life, pour environ un milliard d'euros.

"La question d'une augmentation de capital ne se pose pas à l'heure actuelle", a par ailleurs répété M. Cryan. "Nous avons nettement moins de risques dans nos comptes qu'auparavant et disposons d'une liquidité, donc de ressources, confortables", a-t-il fait valoir.

bur-esp/maj/pt

DEUTSCHE BANK