POLITIQUE
27/09/2016 10:59 EDT

De retour au Sénat, Patrick Brazeau heureux de ne plus être une «marionnette»

OTTAWA – C’est sans rancune que le sénateur indépendant Patrick Brazeau est revenu dans la Chambre haute, après trois ans et demi d’absence.

« Je suis tellement heureux et satisfait de voir ce jour, a-t-il dit aux journalistes, mardi. Neuf mois passés, je ne pensais pas voir ce jour ni aucun jour, alors c’est une très belle journée pour moi aujourd’hui. »

Le sénateur québécois, nommé par l’ancien premier ministre Stephen Harper en 2008, a tenté de se suicider en janvier dernier. Il se dit maintenant « en santé et prêt à travailler » pour reprendre le temps perdu.

En juillet, les accusations de fraude et d’abus de confiance à son endroit ont été abandonnées. Il pouvait donc reprendre son siège au Sénat quand bon lui semblait.

Brazeau a confirmé sur Twitter, mardi matin, qu’il était de retour.

Questionné à savoir s’il allait demander réparation pour les dommages causés à son endroit, le sénateur a répondu que son avocat se penchait là-dessus. Malgré tout, il dit ne pas en vouloir à ses collègues qui ont souhaité son départ.

« C’est sûr que ce serait facile pour moi de dire que je pourrais être rancunier, mais ceci étant dit, dans la vie, il faut apprendre à pardonner et à passer à travers des affaires et c’est ce que je fais aujourd’hui. »

Brazeau a été suspendu sans salaire en novembre 2013. Le Sénat l’accusait d’avoir touché des allocations de logement et de déplacement auxquelles il n’avait pas droit, puisqu’il affirmait que sa résidence principale était à Maniwaki, alors qu’il louait une maison à Gatineau.

Les sénateurs peuvent avoir droit à des allocations de logement et de déplacement s'ils habitent à plus de 100 kilomètres du Parlement.

Brazeau devra néanmoins faire face à la justice pour avoir refusé de se soumettre à un alcootest pour un incident survenu le 3 avril dernier. Il est également accusé de garde et contrôle d'un véhicule avec les capacités affaiblies en 2014. Il a plaidé non coupable dans les deux cas.

En point de presse, le chef du NPD, Thomas Mulcair, a accusé le Sénat d’être « une institution vétuste, désuète qui devrait être abolie ».

« On trouve ça immoral dans une société libre et démocratique que des non élus fassent des lois pour tout le monde. De quel droit quelqu’un qui a été battu dans son élection peut aller s’asseoir là parce qu’il est nommé parce qu’il est chum du pouvoir? »

Patrick Brazeau, pour sa part, est soulagé de maintenant siéger comme sénateur indépendant. « Je ne suis plus la marionnette de qui que ce soit, en ce qui concerne les partis politiques », a-t-il laissé tomber, en anglais.

- Avec La Presse Canadienne.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo TRUDEAU CONTRE BRAZEAU Voyez les images