POLITIQUE
26/09/2016 05:26 EDT

Un courriel de financement du PLC dresse un parallèle entre les candidats conservateurs et Donald Trump

OTTAWA – Un courriel de financement du Parti libéral du Canada (PLC) établit un lien entre les politiques de peur et de division du candidat républicain Donald Trump et la course à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC).

Intitulé « Regarderez-vous le débat ce soir? », le courriel du directeur des communications Braeden Caley explique qu’il y a « deux visions fondamentales du monde » qui s’opposeront lors du premier débat présidentiel américain, lundi soir.

Course à la chefferie du PCC et Donald Trump, même combat? Selon le PLC, oui.

« Espoir ou peur? Diversité ou division? Ouverture et inclusion ou fermeture sur le monde? Les mêmes genres de choix s’offraient aux Canadiennes et Canadiens lorsqu’ils se sont rendus aux urnes en octobre dernier », peut-on lire.

Il poursuit en disant que des candidats à la direction du PCC jouent « avec les mêmes peurs et angoisses que la population a purement et simplement rejetées l’an dernier » - dont le filtre de valeurs « anticanadiennes » de Kellie Leitch ou encore la surveillance des organismes de bienfaisance par Tony Clement.

Le candidate Brad Trost y est aussi mentionné, en raison de son opposition au mariage homosexuel et au droit à l’avortement.

« Ce type de politique négative et porteuse de division dresse des murs entre les Canadiennes et les Canadiens – et illustre bien tout ce qui est en jeu », conclut Braeden Caley, avant de faire la promotion d’un t-shirt « Politique positive ».

Ce n’est pas la première fois que le PLC s’en prend aux candidats conservateurs pour demander des fonds, et la pression est encore plus forte alors que s’achève le troisième trimestre de 2016.

Le jour d’avant, la présidente du parti Anna Gainey écrivait - dans un autre courriel de financement – que personne ne pouvait se permettre de « fermer les yeux quand la diversité est menacée ».

La candidate à la chefferie du PCC, Kellie Leitch, préfère quant à elle s’en prendre aux médias et aux « élites ». Dans son plus récent courriel de financement, où elle se montre en page couverture du magazine Maclean’s, elle les accuse de ne pas croire aux valeurs canadiennes.

« Savez-vous ce qui les fâche? C’est parce que je tiens fièrement un drapeau canadien! C’est exact, les élites de la haine de soi canadienne ne peuvent pas supporter l’idée d’une conservatrice fière qui se tient debout pour le Canada et les valeurs canadiennes. »

Le premier ministre Justin Trudeau a toujours refusé de s’ingérer dans la course présidentielle aux États-Unis. Mais il continue de faire la promotion de la diversité, de l’inclusion et dénonce la montée du protectionnisme.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Parti conservateur: qui sont les candidats? Voyez les images