NOUVELLES
26/09/2016 07:45 EDT | Actualisé 27/09/2017 01:12 EDT

Syrie: une centaine de rebelles quittent Homs avec leurs familles

Plus de 130 rebelles ont été évacués lundi avec leurs familles du dernier quartier rebelle de la ville syrienne de Homs (centre) en vertu d'un accord avec le gouvernement.

Il s'agit de la troisième évacuation du genre du quartier de Waer depuis un accord conclu en décembre entre régime et rebelles, sous la houlette de l'ONU.

L'accord préconise que ce secteur passe sous le contrôle de l'armée en échange de la levée d'un siège imposé depuis trois ans.

Selon une source du gouvernorat de Homs, 131 rebelles ont quitté Waer avec 119 membres de leurs familles pour la zone de Dar al-Kubra, sous contrôle rebelle dans le nord de la province de Homs.

"Nous allons continuer à évacuer les hommes armés du quartier. Le processus sera achevé dans les prochaines semaines", a dit à la télévision syrienne le gouverneur de Homs Talal Barazi.

La télévision a diffusé des images de familles portant des bagages montant à bord d'autocars verts avec l'aide de volontaires du Croissant-Rouge syrien, sous le regard de soldats.

Autrefois surnommée la "capitale de la révolution", Homs a été le théâtre de manifestations massives en 2011, au début du soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad.

Après deux ans de violents combats, l'armée avait repris en mai 2014 la totalité de la troisième ville de Syrie, à l'exception du quartier de Waer.

Quelque 600.000 personnes vivent assiégées à travers la Syrie, selon l'ONU.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a dit lundi avoir livré pour la première fois depuis avril une aide alimentaire cruciale dans quatre localités assiégées: Madaya et Zabadani près de Damas ainsi que Foua et Kafraya dans le nord-ouest

Selon le Comité international de la Croix-Rouge, 53 camions d'aide sont entrés dimanche à Madaya et Zabadani, encerclées par les forces gouvernementales, et 18 à Foua et Kafraya, cernées par des groupes rebelles.

Mais le directeur en Syrie du PAM a exprimé son inquiétude pour les quelque 250.000 habitants des secteurs rebelles d'Alep (nord), violemment bombardés et assiégés par les troupes du régime.

"Nous appelons toutes les parties du conflit à ouvrir les voies de transport pour permettre un accès humanitaire inconditionnel, sans entraves, soutenu et sûr à la population dans l'est d'Alep et chaque famille à travers la Syrie nécessitant notre soutien", a affirmé Jakob Kern.

rim-mjg/feb/bpe