POLITIQUE
26/09/2016 03:54 EDT | Actualisé 26/09/2016 07:17 EDT

Stéphane Dion en Colombie pour la signature de l'accord de paix avec les FARC

La signature de l'accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC est une "nouvelle extraordinaire", mais il faut garder en tête que la paix n'est jamais totalement acquise, a signalé le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion.

Le diplomate en chef du Canada a assisté lundi à ce moment "historique" à Carthagène en présence d'une quinzaine de dirigeants d'Amérique latine, du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, et du secrétaire d'État américain, John Kerry.

Le président colombien, Juan Manuel Santos, et le commandant en chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), Rodrigo LondoIno, ont signé le volumineux document à l'aide d'un stylo fabriqué à partir d'une balle de fusil utilisée pendant le conflit.

La conclusion de cet accord de paix mettra un terme à une guerre sanglante qui aura duré environ un demi-siècle, a souligné en entrevue téléphonique le ministre Dion.

"Il a fallu tout ce temps pour qu'on s'assoie et qu'on se dise: "Maintenant, on en a assez de s'entretuer et on va établir la paix"", a-t-il exposé.

Ce dénouement est "extraordinaire", car "c'est peut-être la première fois dans l'histoire de l'humanité qu'un hémisphère entier (...) n'a plus de conflit violent important", a-t-il tenu à faire remarquer lors de cet entretien avec La Presse canadienne.

Le Canada contribuera au processus en injectant 20 millions $ afin d'appuyer la réforme des services de police de la Colombie, le déminage et la protection des droits de la personne, notamment.

Car il ne faut jamais tenir le processus de paix pour acquis, a affirmé le ministre Dion.

"Une fois que c'est signé, cette paix, il y a beaucoup de choses qui restent à faire, et il faut que le Canada soit là", a-t-il signalé.

Le diplomate en chef du Canada a rencontré lundi matin son homologue colombienne, Maria Angela Holguin Cuéllar, auprès de qui il a réitéré le soutien d'Ottawa à l'égard de la mission politique des Nations unies en Colombie.

Il n'a pas précisé si le gouvernement canadien comptait déployer des Casques bleus dans ce pays d'Amérique du Sud dans le cadre du programme pour la stabilisation et les opérations de paix (PSOP) dévoilé en août dernier.

Une demande explicite à cet effet n'a pas été formulée par les autorités colombiennes, a précisé Stéphane Dion à l'autre bout du fil.

"Ce n'est pas quelque chose qu'on nous a demandé avec beaucoup d'insistance, a-t-il dit. Mais on a certainement l'esprit ouvert."

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a dit espérer être en mesure d'annoncer "d'ici la fin de l'année" où seront envoyés des centaines de Casques bleus canadiens.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Colombia-FARC Peace Talks Voyez les images