NOUVELLES
26/09/2016 07:00 EDT | Actualisé 27/09/2017 01:12 EDT

Nucléaire iranien: Washington dit remplir ses engagements

Le secrétaire américain à l'Energie Ernest Moniz, l'un des architectes de l'accord sur le nucléaire de l'Iran, a rejeté lundi les critiques de Téhéran qui accuse les Etats-unis de ne pas respecter totalement leur part d'engagements.

"Les Etats-Unis ont fait tout ce qui était demandé d'eux (...) et plus", a déclaré M. Moniz à Vienne où l'accord a été scellé il y a un peu plus d'un an.

"Les sanctions qui devaient être allégées (grâce à un accord) l'ont été", a-t-il ajouté.

L'Iran a conclu le 14 juillet 2015 avec les grandes puissances un accord destiné à garantir la nature strictement pacifique de ses activités nucléaires contre une levée d'une grande partie des sanctions internationales, progressivement mise en oeuvre depuis janvier.

Les responsables iraniens dénoncent régulièrement l'attitude des Américains qui auraient levé les sanctions "sur le papier", mais pas dans les faits.

Le président iranien Hassan Rohani a accusé jeudi à la tribune de l'ONU les Etats-Unis de faire pression sur les grandes banques pour qu'elles ne travaillent pas avec l'Iran.

Le secrétaire américain, en marge de la conférence générale annuelle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a assuré au contraire que des responsables américains "au plus haut niveau" ont fait leur part du travail en expliquant en Europe et au secteur bancaire comment traiter avec l'Iran sans tomber sous le coup des sanctions restant en place.

"La réalité est que l'Iran a ouvert un certain nombre de partenariats bancaires, mais avec des établissements de petite ou moyenne taille, par opposition aux grandes banques mondiales qui comptent évidemment pour les grandes transactions", a-t-il ajouté.

Selon M. Moniz, les exportations iraniennes de pétrole sont "quasiment" revenues à leur niveau d'avant les sanctions, donnant à Téhéran des "liquidités supplémentaires considérables", tandis que la croissance économique du pays a retrouvé un cours positif.

Les Etats-Unis ont maintenu des sanctions importantes contre l'Iran liées à son programme balistique, à son soutien présumé "au terrorisme", à ses violations des droits de l'Homme.

Les avionneurs Boeing et Airbus ont annoncé mercredi avoir obtenu le feu vert des Etats-Unis pour vendre des avions neufs à l'Iran. Cela est vu comme un premier pas vers le retour des multinationales occidentales, encore prudentes, dans ce pays.

stu/nla/smk/pg