NOUVELLES
25/09/2016 23:29 EDT | Actualisé 26/09/2017 01:12 EDT

Les Académies des sciences veulent éviter un divorce entre science et société

Les Académies des Sciences d'une soixantaine de pays, qui se réunissent mardi à Paris, ont rédigé un manifeste invitant la science et la société à ne pas "s'ignorer ou se combattre" mais "à évoluer en symbiose", selon le texte dont l'AFP a eu copie.

Pour ses 350 ans, l'Académie des sciences a invité les académies étrangères dont elle est partenaire à se rassembler au musée du Louvre pour réaffirmer ensemble les "valeurs portées par la science", a déclaré Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences.

Ces valeurs sont notamment "l'universalisme, la tolérance, l'esprit critique, la soif de connaître et de comprendre", selon l'Académie.

Le président français François Hollande doit intervenir dans la matinée devant une centaine de présidents et de vice-présidents de ces académies et une quarantaine d'ambassadeurs en poste à Paris.

"Nous avons choisi d'inviter les académies étrangères à rappeler les valeurs de la science à travers (un) manifeste rédigé collectivement". Une démarche "inédite", selon Mme Bréchignac.

Sous le titre "Science et confiance", le manifeste juge "primordial que nos sociétés s'appuient sur la démarche raisonnée de la pensée scientifique pour répondre de manière responsable aux questions d'aujourd'hui et aborder demain avec sérénité".

La science, "maîtrisée dans ses applications, consolidée au profit des populations - et non à leur détriment - est à même de répondre à bien des défis", selon le texte. Mais elle ne peut "répondre à tout".

Et "les scientifiques ne font pas toujours l'effort d'expliquer aux gens les avancées de la connaissance", estime Mme Bréchignac. "Les scientifiques doivent être à l'écoute de la société, et comprendre où sont ses inquiétudes".

"Quand il y a de nouvelles découvertes, c'est enthousiasmant. Il ne faut pas pour autant essayer de les utiliser à toute vitesse pour ensuite se dire que nous sommes allés trop loin".

"Il faut notamment prendre le temps en ce qui concerne les manipulations génétiques", dit Mme Bréchignac. Par exemple, le nouvel outil Crispr-Cas9, sorte de ciseaux de l'ADN, est une "technologie intéressante mais son utilisation doit passer par l'éthique".

Pour établir un climat de "confiance" entre la société et la science, "je propose que chacun fasse un pas vers l'autre", dit-elle. C'est-à-dire que la société entende les scientifiques et que ceux-ci écoutent la société".

Au cours de cette "Journée mondiale des sciences", les représentants des académies discuteront en outre de plusieurs "défis du futur", comme la croissance démographique, l'impact sur l'emploi de la révolution numérique et de l'essor de la robotique, ou l'environnement.

pcm/ial/mw/pt