NOUVELLES
26/09/2016 09:23 EDT | Actualisé 27/09/2017 01:12 EDT

La Coupe Ryder rend hommage à Arnold Palmer

La 41e édition de la Coupe Ryder, qui commence cette semaine, sera marquée par l'émotion, après l'annonce de la mort d'Arnold Palmer. 

Arnold Palmer, qui s'est éteint dimanche à Pittsburgh, a marqué l'histoire de ce tournoi par équipe.

« En cette semaine de la présentation de la 41e édition de la Coupe Ryder, nous nous souvenons avec émotion de ses six victoires comme joueur à la Coupe Ryder et ses deux autres comme capitaine », a réagi Keith Pelley, président du circuit européen de la PGA.

Sa première participation à la Coupe Ryder date de 1961. Il a été capitaine de l'équipe en 1963 et en 1975. Les États-Unis ont remporté sept fois la Coupe Ryder avec Arnold Palmer dans leurs rangs. 

Tristesse en Grande-Bretagne

Les organisateurs de l'Omnium britannique ont aussi rendu hommage à Arnold Palmer pour son « immense » contribution au plus ancien des tournois majeurs, qu'il a remporté à deux reprises au début des années 1960.

« Arnold Palmer était un véritable gentleman, un des plus grands de l'histoire du golf et une véritable figure emblématique du sport, a réagi Martin Slumbers, directeur général de la Royal & Ancient.

Palmer a décroché sept titres majeurs, dont l'Omnium britannique en 1961 et 1962. Il a participé à ce tournoi pour la dernière fois en 1995, soit 35 ans après sa première présence.

« Sa contribution à l'Omnium a été, et reste, incommensurable, a précisé M. Slumbers dans un communiqué. Il nous manquera et restera dans nos mémoires à la R & A et dans le monde du golf comme un champion charismatique et un chef de file dans notre sport. »

Palmer a fait une première présence à l'Omnium britannique en 1960, terminant deuxième dans ce qu'il a plus tard décrit comme l'une des plus grandes déceptions de sa carrière. Mais sa présence a donné une impulsion à l'Omnium britannique, qui était boudé par les Américains depuis des années.

« Il ne fait aucun doute que la présence d'Arnold à l'Omnium britannique au début des années 1960 a été le catalyseur qui a permis de vraiment internationaliser le golf, a expliqué le président du circuit européen, Keith Pelley. Le fait qu'il était aimé et reconnu par tous à travers le monde, que ce soit des amateurs de golf ou non, est un témoignage de son héritage charismatique qui lui survivra. »

Au Canada, sa première victoire

Arnold Palmer a enlevé son tout premier tournoi de la PGA en 1955... au Canada, au club de golf Weston près de Toronto.

Le jeune golfeur en était à sa première saison professionnelle. Il était arrivé en auto avec sa femme, et avait campé sur le terrain adjacent au parcours. Il avait gagné le tournoi avec une avance de 4 coups et un chèque de 2400 dollars.

« Cette victoire m'avait donné la confiance nécessaire pour en gagner d'autres par la suite », a déjà dit M. Palmer.

Arnold Palmer avait accepté de participer aux festivités du 100e anniversaire de l'Omnium canadien en 2004. Et en 2005, il était revenu pour célébrer les 50 ans de sa première victoire sur le circuit de la PGA.

Le président de l'Omnium canadien de golf garde d'Arnold Palmer le souvenir d'un homme très respectueux des gens qu'il croisait. 

« J'étais tout jeune en 1982 quand je l'ai croisé pour la première fois, et il m'a traité avec beaucoup de respect, se souvient Bill Paul, directeur de l'Omnimum du Canada. Et dans nos rencontres par la suite, il se souvenait toujours de mon nom. » 

Ce commentaire revient très souvent dans les témoignages venant du monde entier, lundi, au lendemain de la mort d'Arnold Palmer. Il a été le premier joueur vedette du monde du golf à l'époque où ce sport commençait à avoir une visibilité télévisée.

M. Palmer a profité de sa notoriété pour se lancer en affaires, notamment en créant une ligne de vêtements, en créant une entreprise de conception de parcours et cofondant l'agence IMG.  

« Comme promoteurs et organisateurs, nous devons lever notre chapeau à Monsieur Palmer pour ce qu'il a été et pour ce qu'il a fait pour le golf », a conclu Bill Paul.