NOUVELLES
26/09/2016 01:17 EDT | Actualisé 27/09/2017 01:12 EDT

C1 - Leicester: Slimani, le chasseur de Dragons

Les "Dragons" du FC Porto le craignent comme si c'était l'archange Saint-Michel: Islam Slimani, l'ancien attaquant du Sporting Portugal, va tenter avec Leicester de les terrasser à nouveau, mardi en Ligue des champions.

Durant ses trois saisons au Portugal, l'international algérien des "Foxes" a martyrisé Porto, au propre comme au figuré. Six buts en six matches qui lui ont valu un surnom du côté de Lisbonne: le "Chasseur de Dragons".

Et les retrouvailles ne seront pas célébrées par les Portugais, tant l'escogriffe a une sale réputation chez les défenseurs lusitaniens. Le passage de l'avant-centre de 28 ans a laissé des traces.

On reproche notamment au meilleur buteur du dernier Championnat du Portugal (27 buts) un tempérament bouillant et un usage assez canaille de ses coudes.

Porto, battu par le Sporting lors du dernier match de l'attaquant avec son ancienne équipe (2-1), avait d'ailleurs raillé la maligne besogne de l'Algérois. Dans un tweet sarcastique, le club du nord avait affiché une photo de Slimani avec la légende: "Ils ont gagné, mais ils repartent en ayant mal aux coudes à force d'agresser nos joueurs avec."

Cette capacité à se salir les mains, a tapé dans l'oeil de Claudio Ranieri, qui a bâti un champion d'Angleterre sur des fondations rigoureuses. Voire rudes.

Si Slimani a déjà marqué deux buts, de la tête, la semaine dernière contre Burnley (3-0), l'entraîneur italien préfère mettre en lumière son travail de l'ombre.

-Transfert record de Leicester-

"C'est la première fois que les fans le voyaient. Ils ont pu constater à quel point il est costaud et à quel point il défend bien", s'est ainsi extasié Ranieri après la victoire contre le promu. "Il peut presser, presser, presser, partout sur le terrain."

Un compliment que son coéquipier Danny Simpson avait partagé avec l'Italien: "Il bosse comme un dingue et c'est comme ça que ça se passe ici. C'est pour ça qu'il s'est si bien intégré."

Ces louanges, Slimani les a arrachées à la volonté. Le chemin a en effet été long avant de voir Leicester casser sa tirelire et dépenser 32 millions d'euros pour le recruter.

Il y a encore sept ans, le grand attaquant évoluait en troisième division algérienne, dans un petit club d'Alger. Il a ensuite signé dans le plus huppé Belouizdad, avant de quitter la capitale algérienne pour l'Europe. A 25 ans.

Celui qui n'était encore qu'un pivot infatigable, robuste et doué de la tête, a affiné son jeu au Sporting. Pas au point de pratiquer le "jogo bonito", mais suffisamment pour attirer les rusés Renards, flairant le bon coup.

De remplaçant, il a peu à peu gravi les échelons jusqu'à devenir un rouage primordial de la machine lisboète et de la sélection algérienne.

Avec 48 buts en 82 rencontres de championnat, il a replacé le Sporting sur la carte, les "Lions" restant sur une indigne 7e place à son arrivée en 2013.

Pourra-t-il prolonger la belle histoire de Leicester? Si les Foxes avaient bien débuté la Ligue des champions avec une victoire à Bruges (3-0), ils ont ensuite craqué en Coupe de la Ligue contre Chelsea (4-2) puis à Manchester United (4-1) en championnat.

L'indomptable Slimani, lui, en a encore sous le coude.

thw/mam/pgr/cd