NOUVELLES
21/09/2016 09:23 EDT | Actualisé 22/09/2017 01:12 EDT

République tchèque: accusé de vouloir distribuer un livre "islamiste radical", il est relaxé

Un tribunal de première instance à Prague a relaxé mercredi l'ancien président de la communauté musulmane dans la capitale tchèque, Vladimir Sanka, accusé d'avoir distribué un livre "islamiste radical".

L'affaire date d'avril 2014 où M. Sanka avait été brièvement interpellé à la suite d'une perquisition effectuée par la police au siège de la Fondation islamique à Prague, puis accusé de la "promotion d'un mouvement visant à opprimer les droits et les libertés de l'Homme".

La police avait confisqué à cette occasion des exemplaires du livre "Les Fondements du Tawhid" de l'auteur canadien Bilal Philips qui, selon le ministère tchèque de l'Intérieur, propage le salafisme.

Pour rendre sa décision, le tribunal s'est posé la question de savoir si le salafisme est une idéologie ou un mouvement, a expliqué son président, Vladimir Hermann.

"La législation de ce pays ne permet pas les poursuites pour la propagation d'une idéologie mais d'un mouvement concret. Aucun mouvement concret n'est soutenu dans ce livre et c'est la raison pour laquelle le tribunal a abouti" à la relaxe, a déclaré M. Hermann, en lisant l'arrêt.

M. Sanka, 57 ans, spécialiste tchèque en études arabes, a salué la décision du tribunal.

La représentante du parquet qui réclamait trois ans de prison avec sursis, a fait appel du jugement et l'affaire sera ainsi de nouveau jugée devant le tribunal municipal de Prague.

La perquisition effectuée en 2014 par des hommes armés de la brigade de lutte contre le crime organisé, au moment où une centaine de personnes, dont des diplomates indonésiens, participaient à une prière collective, a soulevé à l'époque de vives protestations au sein de la communauté musulmane.

Celle ci est forte de 10.000 à 20.000 membres, dont 3.000 pratiquants environ. La République tchèque comprend 10,5 millions d'habitants.

jma/sw/pg