NOUVELLES
21/09/2016 00:16 EDT | Actualisé 21/09/2017 01:12 EDT

Quatre membres d’une ONG médicale tués dans un raid en Syrie

Un raid aérien mené par l'aviation syrienne ou russe a tué quatre membres d'une organisation non gouvernementale (ONG) médicale française et neuf combattants rebelles dans le sud de la province d'Alep, en Syrie.

Deux infirmiers et deux ambulanciers syriens sont morts dans la frappe aérienne lancée vers 23 h hier soir dans le centre de la ville de Khan Touman. Le bilan de l'attaque pourrait toutefois s'alourdir puisqu'un autre infirmier se trouve dans un état critique et plusieurs personnes pourraient se trouver sous les décombres du centre médical, selon l'ONG l'Union des organisations de secours et de soins médicaux (UOSSM). L'organisme rassemble des médecins syriens opérant dans les zones rebelles.

« En raison de l'intensité des frappes, les trois niveaux [du bâtiment du centre médical] se sont effondrés et sont complètement détruits », a indiqué le directeur de l'UOSSM, Ahmed Dbais, dans un communiqué.

Le centre médical offrait des services d'urgence médicale à quelque 750 blessés par mois, selon l'ONG.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) précise que les combattants rebelles tués faisaient partie de l'alliance islamiste Djaish Al-Fatah [armée de la conquête] qui est constituée du groupe Front Fateh al-Cham [ancienne branche syrienne d'Al-Qaïda), de l'ancien Front al-Nosra et d'autres groupes islamistes.

Les combats ont repris en Syrie après une trêve d'une semaine. Les forces syriennes et russes ont mené d'intenses frappes aériennes dans des secteurs contrôlés par les rebelles dans la province d'Alep.

L'Organisation mondiale de la Santé estime que la Syrie est le pays le plus dangereux de la planète pour le personnel soignant. Le pays a enregistré 135 attaques contre des centres médicaux en 2015.