NOUVELLES
20/09/2016 22:14 EDT | Actualisé 21/09/2017 01:12 EDT

Menaces de mort contre un député de Hong Kong: six arrestations

Six personnes ont été arrêtées mercredi dans l'enquête sur des menaces de mort contre un député hongkongais qui prône plus d'autonomie vis-à-vis de Pékin, les médias locaux rapportant que certains des suspects appartiennent aux triades.

Eddie Chu figure parmi la poignée de nouveaux députés "rebelles" élus début septembre. Ils réclament que l'ancienne colonie britannique prenne ses distances d'avec Pékin, voire exigent l'indépendance totale.

Avec sa famille, il est sous protection de la police 24 heures sur 24 en raison de menaces pour leur sécurité.

La police a déclaré que les six suspects avaient été arrêtés à l'aube pour "intimidation", sans autre précision.

D'après le quotidien South China Morning Post, qui cite une source policière, certains d'entre eux sont soupçonnés d'être membres des triades, la mafia chinoise.

Eddie Chu est un écologiste qui a fait campagne contre la destruction de l'héritage hongkongais au profit des promoteurs immobiliers et pour la défense des habitants des zones rurales contre ces mêmes promoteurs.

Il a promis de lutter contre un puissant lobby rural, accusé d'avoir partie liée avec la criminalité organisée.

Les triades sévissent traditionnellement dans le trafic de stupéfiants, la prostitution, les tripots et l'extorsion mais investissent de plus en plus à Hong Kong dans des activités légales comme l'immobilier ou la finance.

Elles sont aussi soupçonnées d'accointances au sein de l'establishment politique. Les triades ont été accusées par le passé de payer des gros bras pour semer le trouble lors de manifestations politiques.

M. Chu avait dit que les menaces de mort étaient motivées par ses opinions politiques.

Les législatives ont eu lieu au moment où de nombreux Hongkongais ont le sentiment que la Chine renforce sa mainmise sur la ville repassée sous sa tutelle en 1997.

C'était les plus importantes élections depuis la "révolte des parapluies" de 2014, qui avait vu des dizaines de milliers de personnes réclamer en vain à Pékin des réformes politiques.

at/lm/ev/jac/rap