NOUVELLES
21/09/2016 09:16 EDT | Actualisé 22/09/2017 01:12 EDT

Le duel Price-Halak n'aura pas lieu

Oubliez le duel Price-Halak! Pendant que Carey Price profitera d'un congé, après avoir aidé le Canada à vaincre les Américains mardi, Corey Crawford affrontera la surprenante formation européenne, mercredi soir, dans ce dernier match préliminaire du groupe A.

Un texte de Jean-Patrick Balleux

L'entraîneur des Européens Ralph Krueger a d'ailleurs confirmé, au terme de l'entraînement matinal d'une trentaine de minutes à Toronto, qu'il n'y aurait aucun changement à sa formation. Le Canada, lui, a annulé son entraînement, mais rendra disponibles pour entrevues l'entraîneur Mike Babcock et un certain nombre de joueurs, à quelques heures du match. Bienvenue dans le merveilleux monde de la Coupe du monde!

L'enjeu? L'équipe gagnante conclura la phase de groupe au premier rang. Elle affrontera en fin de semaine la deuxième équipe du groupe B. Et vice-versa.

« Personne n'avait prédit notre présence en demi-finales. Nous, on veut juste gagner et on a de bons gars qui sont à leur affaire, a dit Anze Kopitar. Il faut jouer notre match. Le Canada a des joueurs talentueux et on fera tout pour les contrer... Ce sera une bonne préparation également pour les demi-finales qui approchent. Beaucoup d'intensité à prévoir. »

Capitaine Kopitar

Le capitaine des Kings et des Européens ne récolte que de bons commentaires dans son entourage.

« Kopitar et (Zdeno) Chara ont gagné des Coupes Stanley et sont capitaines de leur équipe dans la LNH. Ils nous ont permis de nous élever dans le tournoi. Personnellement, j'aime les côtoyer et constater comment ils mènent la barque », a mentionné l'attaquant Frans Nielsen, lorsque questionné sur la transformation de l'Équipe Europe depuis les deux revers cinglants en matchs préparatoires contre les jeunes loups nord-américains.

« On n'a pas eu beaucoup de temps pour nous préparer et tout est allé très vite. Après les deux matchs contre les jeunes, on s'est dit qu'il fallait mieux jouer, sinon ce serait un désastre », a lancé le défenseur Mark Streit dans un français helvético-allemand fort agréable.

Au début du tournoi, l'Union européenne était un concept politique difficilement applicable au hockey, même durant les repas. L'entraîneur Krueger a remarqué que si les joueurs s'attablaient par nations il y a deux semaines, rapidement, un esprit d'équipe s'est formé et tous se sont intégrés au groupe.

« On a dîné et on a joué au golf ensemble. Ça nous a permis de nous rapprocher. On est des joueurs de hockey, des athlètes qui veulent gagner. Quand tu affrontes les meilleurs pays au monde, tu es mieux d'être prêt et de jouer ensemble », a ajouté Streit.

La recette contre le Canada?

Comment espérer vaincre la puissante formation canadienne qui devrait faire appel à Claude Giroux et à Jake Muzzin pour la première fois du tournoi?

Si Nielsen qualifie le jeu de son équipe d'ennuyant (boring), son entraîneur préfère utiliser l'expression « jeu structuré ». Du jeu simple, défensif à souhait, mais efficace.

L'Allemand de 20 ans Leon Draisaitl, marqueur du but gagnant en prolongation contre l'Amérique du Nord, souhaite lancer un message. « On voulait montrer que les petits pays pouvaient aussi jouer au hockey! »

Reste à voir s'il y aura une suite à cette démonstration au Centre Air Canada.