NOUVELLES
20/09/2016 23:53 EDT | Actualisé 21/09/2017 01:12 EDT

La tenue des municipales palestiniennes le 8 octobre désormais invraisemblable

Une haute juridiction palestinienne a décidé mercredi de reporter au 3 octobre sa décision sur la tenue des premières élections organisées en Cisjordanie et à Gaza depuis 10 ans, rendant théoriquement impossible le déroulement de ces municipales à la date prévue du 8 octobre.

"La décision est ajournée au 3 octobre", a annoncé le président de la Cour suprême Hicham al-Hatou devant une salle d'audience bondée.

La décision fait suite à la demande du magistrat représentant l'Autorité palestinienne. Celui-ci estime que le processus électoral gelé le 8 septembre par la même Cour suprême doit le rester. Il invoque l'illégalité, selon lui, de décisions prises dans la bande de Gaza, dirigée par le Hamas, quant à la validation des candidatures. Le magistrat a demandé un ajournement le temps de présenter des preuves supplémentaires à l'appui de ses positions.

Ces atermoiements, illustration de l'incapacité des factions palestiniennes rivales à surmonter leur hostilité, semblent exclure la tenue des élections le 8 octobre, ne serait-ce que parce que deux semaines de campagne sont requises.

Les municipales prévues le 8 octobre étaient censées être le premier scrutin depuis 2006 à se tenir à la fois en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Ces deux territoires ne sont pas seulement séparés géographiquement par Israël, mais aussi politiquement par des années d'animosité entre le Fatah laïc, force palestinienne dominante dans la Cisjordanie sous occupation israélienne, et le Hamas islamiste, qui dirige sans partage Gaza soumise au blocus par Israël.

sbh-lal/mer