NOUVELLES
21/09/2016 13:40 EDT | Actualisé 22/09/2017 01:12 EDT

L'obésité en hausse chez les jeunes Québécois

Le taux d'obésité chez les jeunes Québécois a augmenté de 1,8 % à 9 % en 30 ans, selon les données de l'Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ) publiées dans une étude examinant l'évolution du poids des jeunes âgés de 12 à 17 ans, de 1978 à 2013.

Malgré une période stable de cinq ans, qui a commencé en 2004, la proportion de surplus de poids a doublé entre 2009 et 2013, en comparaison à celle qui prévalait entre 1978 et 1979.

L'obésité affecte de plus en plus les jeunes Québécois, qui présentent davantage une obésité au niveau abdominal plutôt que corporel.

Chez les garçons de 12 à 17 ans, la circonférence de la taille moyenne s'est accrue de 4,7 cm entre 1981 et 2011 au Canada et de 2,5 cm au Québec.

Entre les années 2009 et 2013, le taux d'obésité chez les jeunes Québécois a atteint 9,4 %, soit 1,2 % de plus qu'au Canada.

Quelques faits saillants :

  • En 2007-2011, 6 % des adolescents Québécois de 12-17 ans avaient une adiposité abdominale jugée à risque élevé; 
  • En 2007-2011, la circonférence de taille des filles a augmenté de 23 %, contrairement à seulement 7 % chez les garçons;
  • De 2009-2013, 16 % des jeunes Québécois étaient en situation d'embonpoint;

Au-delà de l'IMC

L'étude de l'INSP note que focaliser sur l'indice de masse corporelle (IMC) au détriment de la taille abdominale pourrait sous-estimer la sévérité de l'obésité.

« Au Canada, 15 % des adolescentes présentaient une obésité abdominale et 9 %, une obésité corporelle », ont ajouté les auteurs de l'étude.

Même avec un IMC stable et jugé normal, les jeunes peuvent tout de même développer une obésité abdominale, puisque celle-ci ne se démarquerait pas dans le reste du corps. L'IMC serait dans ce cas inutile à la mesure de l'obésité.

Toutefois, le manque d'information sur la circonférence de taille entre 1981 et 2007-2011 génère une imprécision dans les données, ne permettant pas à l'INSPQ de « quantifier l'augmentation de l'obésité abdominale et de la comparer à l'obésité corporelle ».