NOUVELLES
21/09/2016 02:47 EDT | Actualisé 22/09/2017 01:12 EDT

Hong Kong: trois figures de la "révolte des parapluies" échappent encore à la prison

Trois militants prodémocratie, leaders de la "révolte des parapluies" de 2014 à Hong Kong, ont une nouvelle fois échappé à la prison mercredi, malgré les tentatives du parquet pour les mettre derrière les barreaux.

Joshua Wong, Nathan Law et Alex Chow avaient été reconnus coupables pour leur rôle dans une manifestation qui avait précédé le mouvement des parapluies.

Cette action avait déclenché des manifestations plus importantes; et deux jours plus tard débutait le mouvement prodémocratie de masse, quand la police avait tiré du gaz lacrymogène dans la foule qui s'était protégée à l'aide de parapluies.

Ils encouraient jusqu'à deux ans de prison mais en août, le tribunal avait reconnu le caractère politique de leur action.

MM. Wong et Law avaient écopé de travaux d'intérêt général (TIG). M. Chow a été condamné à trois mois de prison avec sursis.

Le parquet avait fait appel de la sentence et réclamé des peines de prison pour les trois prévenus, arguant de l'importance de la manifestation en question et de leur absence de remords.

Mais la juge June Cheung a refusé d'aggraver leur peine mercredi. "Lors j'ai prononcé la sentence, j'avais déjà étudié avec soin la gravité de l'affaire, et imposé en conséquence des peines de TIG et du sursis aux trois prévenus qui n'ont pas d'antécédent judiciaire".

Ce procès se déroule alors que de plus en plus de Hongkongais ont l'impression que Pékin durcit sa mainmise sur l'ex-colonie britannique restituée à la Chine en 1997.

Nathan Law, 23 ans, devenu début septembre le plus jeune député de Hong Kong et qui prône l'autodétermination, a accusé le parquet d'avoir des motivations politiques.

"Le département de la Justice et le gouvernement sont en fait en train de pourchasser ceux qui ont (participé) à la désobéissance civile et qui ont des valeurs démocratiques", a-t-il dit aux journalistes.

D'après les termes de l'accord sino-britannique sur la rétrocession, Hong Kong jouit de libertés inconnues ailleurs en Chine continentale, en vertu du principe "Un pays, deux systèmes", en théorie jusqu'en 2047.

Beaucoup ont cependant le sentiment que ces libertés sont en train de s'éroder.

dca-lm/ev/at