NOUVELLES
20/09/2016 23:01 EDT | Actualisé 21/09/2017 01:12 EDT

Cisjordanie: des gardes israéliens soupçonnant une attaque blessent une Palestinienne

Une jeune Palestinienne a été blessée par balles mercredi à un checkpoint en Cisjordanie occupée par des gardes israéliens soupçonnant une tentative d'attentat, ont indiqué le ministère israélien de la Défense et le ministère palestinien de la Santé.

Les intentions de la jeune Palestinienne ne sont pas établies. Ces faits surviennent dans un contexte de regain des attaques anti-israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël.

La jeune fille portant un sac s'approchait à pied d'un checkpoint près du point de passage de Qalqilia entre le territoire palestinien et Israël dans le nord de la Cisjordanie. "Les gardes (israéliens) lui ont crié de s'arrêter et ont procédé à des tirs de sommation en l'air", a dir le ministère israélien dans un communiqué intitulé "tentative d'attaque présumée".

"Comme la jeune fille a continué à avancer et qu'elle a mis sa main sous son vêtement, les gardes ont tiré en direction de ses pieds", a dit le ministère israélien.

Le ministère israélien n'a pas précisé si elle avait été atteinte. Mais le ministère palestinien de la Santé a indiqué qu'une jeune fille non identifiée souffrait de blessures modérées causées par des balles israéliennes.

Une Palestinienne de 23 ans avait été abattue le 9 novembre 2015 alors qu'elle tentait d'attaquer au couteau des gardes israéliens postés à un checkpoint près de Qalqilia, selon les autorités israéliennes.

Les soldats israéliens surveillant les checkpoints sont communément assistés par des gardes recrutés par le ministère de la Défense.

Après une accalmie, la Cisjordanie et Jérusalem-Est ont connu neuf attaques ou tentatives d'attaques anti-israéliennes depuis vendredi.

Jérusalem, les Territoires palestiniens et Israël sont en proie à des violences qui ont coûté la vie à 230 Palestiniens, 34 Israéliens, deux Américains, un Jordanien, un Érythréen et un Soudanais depuis le 1er octobre 2015, selon un décompte de l'AFP.

La majorité des Palestiniens tués l'ont été en perpétrant ou tentant de perpétrer des attaques anti-israéliennes, au couteau pour un grand nombre.

La reprise des attaques fait redouter à Israël une nouvelle flambée avec les grandes fêtes juives de Rosh Hashana, Yom Kippour et Souccot à partir d'octobre. En 2015, ces célébrations avaient été une période de vives tensions.

mib-lal/jri