NOUVELLES
21/09/2016 08:29 EDT | Actualisé 22/09/2017 01:12 EDT

Berlin veut prolonger de six mois les contrôles aux frontières

Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, s'est dit favorable mercredi à la prolongation de six mois des contrôles aux frontières de l'Allemagne, qui ont été autorisés par Bruxelles jusqu'à mi-novembre.

"Les contrôles aux frontières sont en vigueur jusqu'à mi-novembre donc ce n'est pas encore le moment de décider s'il y aura une prolongation mais si la situation reste telle qu'elle est aujourd'hui, je suis en faveur d'une prolongation", a déclaré Thomas de Maizière lors d'une conférence de presse.

"C'est évidemment notre objectif de lever les contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen mais pour cela il est indispensable d'avoir une protection permanente et durable des frontières extérieures, ce à quoi nous travaillons d'arrache-pied", a ajouté le ministre allemand de l'Intérieur.

L'Union européenne avait adopté mi-mai une prolongation exceptionnelle de six mois des contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen pour les cinq pays qui les ont rétablis en 2015 au plus fort de l'afflux migratoire vers l'Europe, dont l'Allemagne.

La durée maximale des exceptions temporaires aux règles de l'espace Schengen arrivait en effet à son terme le 13 mai dernier en Allemagne. La Commission européenne avait alors déclenché la procédure exceptionnelle permettant une prolongation jusqu'à deux ans (par périodes de six mois) dans le cas où de "graves lacunes" persisteraient dans la gestion d'une frontière extérieure.

Environ un million de demandeurs d'asile sont arrivés en Allemagne l'an dernier, fuyant notamment la guerre en Syrie.

La fermeture de la route des Balkans et la signature d'un accord controversé entre l'UE et la Turquie, en mars, ont conduit à la baisse des arrivées de migrants en provenance du Moyen-Orient et d'Afghanistan.

L'accord entre l'UE et la Turquie est destiné à tarir les traversées irrégulières depuis les côtes turques vers les îles grecques, principales portes d'entrées de l'UE.

L'Allemagne s'attend ainsi à accueillir cette année jusqu'à 300.000 demandeurs d'asile sur son territoire.

bur-jb/ib