NOUVELLES
20/09/2016 10:36 EDT | Actualisé 21/09/2017 01:12 EDT

Syrie: l'opposition dénonce "la faiblesse totale" de la communauté internationale

Un haut responsable de l'opposition syrienne, Riad Hijab, a dénoncé mardi "la faiblesse totale" de la communauté internationale et "l'absence de crédibilité" des efforts diplomatiques pour restaurer la trêve en Syrie.

Dans un entretien avec quelques journalistes, le coordinateur du Haut comité pour les négociations (HCN, opposition) a également accusé Damas et Moscou d'être responsables de l'attaque contre un convoi humanitaire lundi à Alep (nord), affirmant disposer "d'informations sûres".

"Ce sont des avions du régime et des Russes qui sont responsables de cette attaque. Personne d'autre ne possède d'aviation dans cette zone. Un membre du HCN faisait partie d'un groupe chargé de la protection du convoi, il nous a fourni des images très claires et très précises", a affirmé M. Hijab.

Moscou et Damas ont nié avec force être responsables de l'attaque contre le convoi transportant de l'aide de l'ONU et du Croissant rouge, qui a fait une vingtaine de morts.

"Avec cet incident tragique, ce sont les Nations unies qui sont directement frappées. Or, on voit qu'il n'y a aucune conséquence. C'est une nouvelle illustration de la faiblesse totale de la communauté internationale", a déploré M. Hijab.

"S'il n'y a jamais de conséquences, s'il n'y a pas de mécanisme d'observation qui permette de désigner les responsables (des violations de la trêve), nous ne voyons pas de crédibilité" au processus visant à instaurer un cessez-le-feu, a-t-il insisté.

La guerre en Syrie domine l'Assemblée générale de l'ONU qui s'est ouverte mardi à New York. Washington et Moscou ont conclu le 9 septembre un accord de trêve mais celle-ci, déjà très précaire, a volé en éclats lundi, quand l'armée syrienne l'a déclarée caduque.

Le groupe de soutien international à la Syrie (GISS), parrainé par la Russie, allié de Damas, et les Etats-Unis, soutiens de l'opposition, s'est réuni mardi matin à New York, et a promis de poursuivre les efforts pour sauver la trêve.

"Les Russes cherchent à gagner du temps pour consolider les gains militaires du régime sur le terrain. Ils instrumentalisent la cessation des hostilités et les résolutions de l'ONU mais n'ont aucune intention de les mettre en oeuvre", a accusé M. Hijab. "Nous n'avons aucune confiance en la partie russe, dont la stratégie est uniquement militaire", a-t-il dit.

Depuis le début de la guerre en Syrie, qui a fait plus de 300.000 morts en cinq ans, la communauté internationale dans son ensemble "n'a pas eu de gestion de la crise à la hauteur de la gravité de la situation", a déploré M. Hijab.

cf/avz/bdx