NOUVELLES
20/09/2016 06:38 EDT | Actualisé 21/09/2017 01:12 EDT

Rwanda: le parti d'opposition FDU dénonce "l'enlèvement" d'un de ses responsables

Le parti FDU de l'opposante rwandaise emprisonnée Victoire Ingabire, formation non reconnue légalement par les autorités, a dénoncé mardi l'arrestation, qu'il qualifie d'"enlèvement", d'un de ses responsables par des militaires dimanche soir dans la capitale Kigali.

"Dimanche, vers 21h30, Théophile Ntirutwa, le responsable des FDU dans la ville de Kigali, a été embarqué vers une destination inconnue par des militaires alors qu'il se trouvait dans le quartier de Nyarutarama", a déclaré à l'AFP Boniface Twagirimana, le vice-président des Forces démocratiques unifiées.

M. Ntirutwa aurait été arrêté et emmené de force dans un véhicule vert de l'armée rwandaise par des hommes, dont l'un portait un uniforme, a détaillé M. Twagirimana, disant se baser sur des témoignages recueillis par l'épouse de l'opposant disparu. Ce dernier "en a perdu une de ses chaussures".

Selon M. Twagirimana, M. Ntirutwa craignait depuis plusieurs mois pour sa sécurité notamment en raison de ses critiques à l'encontre d'un processus de réforme de la Constitution, finalement adopté par référendum en décembre, et qui autorise le président Paul Kagame à se représenter pour la présidentielle de 2017, et à potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034.

Il avait notamment fait part de ses craintes au ministère rwandais de la Sécurité intérieure en novembre 2015 dans une lettre dont l'AFP a obtenu copie.

Dans un communiqué, le FDU a dénoncé "la volonté du FPR (Front patriotique rwandais, au pouvoir, ndlr) de continuer à harceler les opposants pour les faire complètement taire" en amont de la présidentielle de 2017.

Régulièrement salué pour sa stabilité et ses performances économiques, le Rwanda est cependant pointé du doigt pour son manque d'ouverture politique. Plusieurs partis d'opposition, dont le FDU, ne sont pas reconnus par les autorités, qui les considèrent comme des ennemis de l'Etat ou des génocidaires.

L'ONG Human Rights Watch estimait en février que "la plupart des personnalités en vue de l'opposition ont quitté le pays, ont été emprisonnées ou ont abandonné leur activités politiques après avoir fait l'objet de menaces répétées, d'intimidation ou de harcèlement".

Le parti FDU est dirigé par l'opposante rwandaise Victoire Ingabire, qui purge à Kigali une peine de 15 ans de prison pour "conspiration contre les autorités par le terrorisme et la guerre", "minimisation du génocide de 1994" contre les Tutsi et "propagation de rumeurs dans l'intention d'inciter le public à la violence".

Le 23 août, Léonille Gasengayire, la vice-trésorière des FDU, avait été arrêtée à Kivumu, dans l'ouest du pays. Elle est soupçonnée de "provocation" en vue d'amener la population à se soulever ou à créer des troubles, une infraction passible de 10 à 15 ans de prison.

sa/ndy/cyb/ms