POLITIQUE
20/09/2016 09:28 EDT

Une publicité du Parti québécois sans Martine Ouellet sème la bisbille

Une nouvelle publicité visant à vanter l'unité du Parti québécois a plutôt fait ressortir des divisions au sein du parti en pleine course à la chefferie.

Dans le segment, 24 députés du parti se présentent avant de clamer en coeur «Je suis Parti québécois». Or, la députée de Vachon et candidate à la succession de Pierre Karl Péladeau, Martine Ouellet, n'apparaît pas dans la publicité.

Sur Facebook, l'organisation a répondu aux nombreux internautes qui posaient la question que quatre députés ― dont Mme Ouellet ― «n’ont pu participer au tournage de la vidéo» ou encore qu'il «n'a pas été possible de capter par vidéo quatre de nos députés, dont Mme Ouellet». Une version des faits qui diffère de celle de la principale intéressée.

En entrevue avec Paul Arcand sur les ondes du FM 98,5, Martine Ouellet s'est dite surprise de voir la publicité en ligne.

Elle affirme avoir participé à une séance photo pour la publicité. Mais lorsque le temps est venu de prononcer les mots «Je suis Parti québécois», la député a demandé si elle pouvait plutôt dire «Je suis indépendantiste». Elle souhaitait ainsi lancer un message d'unité avec tous les indépendantistes.

«J'ai jamais eu de réponse», a-t-elle affirmé. Elle dit avoir cru que le concept n'était pas encore prêt et qu'elle pourrait filmer à un autre moment.

La publicité a cependant été diffusée sans sa participation. Martine Ouellet affirme être prête à reprendre les enregistrements afin d'y être intégrée.

Simple confusion ou omission délibérée? «J'ose espérer que c'est une erreur; que ce n'est pas de l'ingérence.»

Ce n'est pas la première fois que Martine Ouellet dit se sentir exclue par l'establishment du Parti québécois. «C'est assez paradoxal de voir que de vouloir parler d'indépendance au Parti québécois, ça dérange.»

Mardi matin, lorsqu'un journaliste lui a demandé peu après si un fossé se creusait entre le PQ, son « establishment » et elle, Mme Ouellet ne s'est pas faite priée pour livrer le fonds de sa pensée.

« Je ne veux pas mêler le Parti québécois et l'establishment. Ces deux affaires complètement différentes. Et même les membres, à la base, sont tannés, de l'influence indue et de la volonté de la mainmise de l'establishment sur le Parti québécois », a-t-elle commenté.

Mme Ouellet a ensuite été interrogée sur un article publié par La Presse, la semaine dernière, selon lequel M. Gaudreault l'avait critiquée lors d'une rencontre en privée pour avoir participé à une conférence de presse commune avec Québec solidaire pour attaquer le projet de loi 106 visant à créer TransÉnergie Québec.

« C'est inacceptable cette ingérence-là dans la course à la chefferie », a-t-elle répliqué, en défendant sa décision « tout à fait normale » de participer à l'événement et de prendre position sur divers dossiers, à titre de candidate à la direction du parti.

« M. Gaudreault s'ingère dans la course? », l'ont relancé les journalistes.

« On l'a vu dans ce cas-là, effectivement, vouloir restreindre ma liberté de parole à certains dossiers. Il m'a aussi reproché d'avoir demandé la démission de Gaétan Barrette sur le dossier de l'attentat du 4 septembre » 2012 au Métropolis, a-t-elle ajouté.

Avec Radio-Canada.ca

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quatre nuances de bleu : leur démarche référendaire Voyez les images