Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le père du suspect de l'attentat de New York l'avait dénoncé au FBI en 2014

Le père de l'homme soupçonné d'être responsable des attentats à la bombe perpétrés en fin de semaine à New York et dans le New Jersey l'avait dénoncé comme terroriste à la police fédérale américaine en 2014, avant de se rétracter.

Un responsable a expliqué à l'Associated Press, sous le couvert de l'anonymat, que Mohammad Rahami avait communiqué avec le FBI après que son fils, Ahmad Khan Rahami, eut été accusé d'avoir poignardé son frère. Mais quand la police a commencé à s'intéresser à l'affaire, M. Rahami a retiré sa dénonciation et expliqué qu'il voulait simplement dire que son fils avait des fréquentations douteuses.

Le FBI a fouillé ses bases de données sans découvrir de liens plausibles entre le fils, le terrorisme ou une menace pour les États-Unis, a dit ce même responsable.

Ahmad Khan Rahami est détenu en vertu d'une caution de 5,2 millions $ US. Il fait l'objet de cinq accusations de tentative de meurtre relativement à la fusillade avec des policiers qui a précédé son arrestation lundi. Les procureurs fédéraux pourraient aussi déposer des accusations concernant les 29 personnes blessées par la bombe de New York.

Rahami, un citoyen américain né en Afghanistan, demeure hospitalisé après avoir été opéré pour une blessure par balle à une jambe. Il a été capturé à Linden, au New Jersey, quelques heures seulement après que la police ait lancé un avis de recherche à son sujet.

Le jeune homme de 28 ans avait été arrêté en 2014 pour avoir possiblement poignardé quelqu'un. Aucune accusation n'avait alors été déposée contre lui, même si la police estimait qu'il était dangereux "pour lui-même et pour les autres".

Explosion à New York (17 septembre 2016)

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.