NOUVELLES
20/09/2016 07:04 EDT | Actualisé 21/09/2017 01:12 EDT

Le nouveau président brésilien affirme à l'ONU qu'il représente la démocratie

Le nouveau président brésilien Michel Temer a affirmé devant l'ONU mardi que son arrivée au pouvoir, fort controversée, était en fait un succès pour la démocratie.

M. Temer a succédé à Dilma Rousseff le 31 août après que celle-ci eut été destituée par le Sénat brésilien.

Cette destitution a été menée "dans le respect le plus absolu de l'ordre constitutionnel", a-t-il affirmé dans son premier discours devant la session annuelle de l'Assemblée générale de l'ONU.

"Il ne peut pas y avoir de démocratie sans respect de la loi, dont les normes s'appliquent à tous, même les plus puissants", a-t-il fait valoir.

Il a affirmé être attaché à "la responsabilité budgétaire et la responsabilité sociale".

Il a aussi réaffirmé la volonté du Brésil d'appliquer l'accord de Paris sur le climat que le pays a ratifié lundi. Le Brésil doit déposer mercredi ses instruments de ratification auprès de l'ONU lors d'une réunion à New York.

Le Brésil "est une puissance environnementale, avec un engagement sans compromis en faveur de la protection de l'environnement", a affirmé M. Temer.

En décembre à Paris, 195 pays se sont engagés à limiter le réchauffement en deçà de deux degrés par rapport à la période préindustrielle. L'accord entrera en vigueur lorsque 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales l'auront ratifié.

Le Brésil représente aujourd'hui 2,48% des émissions de gaz à effet de serre.

sct/avz/vog