POLITIQUE
20/09/2016 05:15 EDT

Lait diafiltré : le ministre fédéral de l'Agriculture ne peut pas promettre un échéancier (VIDÉO)

OTTAWA – Le ministre fédéral de l’Agriculture, Lawrence MacAulay, dit qu’il ne peut pas promettre une date limite pour régler le dossier du lait diafiltré, qui cause d’importantes pertes financières aux producteurs canadiens.

Sous prétexte qu’il ne peut pas « tout faire en même temps », MacAulay s’est empressé de dire qu’il était impossible pour lui de prévoir quand le gouvernement Trudeau viendrait à bout de ce problème aux frontières.

lawrence macaulay

« Nous ne pouvons pas fixer une date. Nous ne pouvons pas établir un échéancier », a-t-il dit aux journalistes à la suite d’une rencontre du comité sur le commerce international, mardi.

Interpellé sur le sujet par Ruth Ellen Brosseau, porte-parole du NPD en matière d’Agriculture, le ministre a répété que son gouvernement avait hérité de ce problème des conservateurs, mais qu’il avait bien l’intention de le régler.

« En comité aujourd’hui, nous en avons discuté. Et je crois qu’il est juste d’affirmer que la plupart d’entre nous comprenons que ce que nous voulons, ce n’est pas une date, c’est une solution », a-t-il répondu pendant la période de questions aux Communes,

Le ministre MacAulay s’est également excusé aux producteurs laitiers, mardi, pour tous les problèmes occasionnés par l’importation de lait diafiltré. Il a soutenu qu’Ottawa faisait tout en son possible pour établir un plan à long terme.

Le conservateur Gerry Ritz, qui était ministre de l’Agriculture de 2007 à 2015, a répliqué en comité mardi matin que les libéraux ne partaient pas de zéro dans ce dossier.

Le gouvernement Harper avait promis 4,3 milliards de dollars sur 15 ans pour aider les producteurs laitiers affectés par le Partenariat transpacifique.

La ministre du Commerce international, Chrystia Freeland, a toutefois indiqué après l’arrivée des libéraux au pouvoir que cette compensation allait être réévaluée.

Le lait diafiltré est un concentré protéique liquide qui vient des États-Unis sans être soumis à des tarifs douaniers. Il est utilisé par certains transformateurs dans la fabrication de fromages et autres produits laitiers.

Des producteurs ont manifesté à plusieurs reprises pour demander des actions concrètes pour en cesser l’importation. Une centaine d’entre eux se sont déplacés à Saguenay pendant le caucus des libéraux, le mois dernier, et ils étaient plus de 2500 sur la colline du Parlement au mois de juin.

VOIR AUSSI :