DIVERTISSEMENT
20/09/2016 09:53 EDT | Actualisé 20/09/2016 09:53 EDT

Kim Kardashian publie une lettre ouverte sur le génocide arménien dans le «New York Times»

Aram Hamparian via Twitter

Kim Kardashian est fière de ses origines arméniennes. En avril 2015, elle s'était notamment rendue dans le pays avec sa famille, peu de temps avant les commémorations du centenaire du génocide qui avait poussé ses ancêtres à émigrer vers les États-Unis. Son mari Kanye West avait même organisé un concert gratuit à Erevan, la capitale du pays.

Pendant les commémorations du génocide, une organisation pro-turque qui nie l'importance de ce massacre a diffusé une publicité dans le Wall Street Journal (en photo ci-dessous). En réaction, la star de télé-réalité a publié un message dans son blog pour condamner cette publicité.

Samedi, Kim Kardashian a poussé son engagement plus loin en faisant imprimer son message sur une pleine page du New York Times:

"Nous devons honorer la vérité"

Elle y condamne la décision du Wall Street Journal de diffuser une publicité qui "soutient la négation d'un génocide par le pays qui en est responsable". "C'est imprudent, triste, et dangereux, explique la star. C'est une chose quand un mauvais tabloïd fait des profits sur un scandale inventé, mais quand une publication respectée comme le WSJ fait des profits sur un génocide, c'est honteux et inacceptable".

"Si c'était une pub niant l'existence de l'holocauste ou du 11 septembre, celle-ci aurait-t-elle été imprimée?" se demande-t-elle. Face aux critiques, dès avril, le journal s'était justifié en indiquant accepter "un large éventail de publicités, y compris celles qui expriment un point de vue controversé" qui "appartient à l'annonceur".

Kim Kardashian termine son texte en rappelant que le gouvernement fédéral des États-Unis, contrairement à la France, ne reconnait pas le génocide arménien, avant de conclure: "nous nous devons d'honorer la vérité dans notre histoire, afin de protéger le futur [de nos enfants]. Nous devons faire mieux que ça".

Entre 1915 et 1923, les Arméniens estiment qu'environ 1,5 million des leurs ont été massacrés. La Turquie, elle, reconnait 300.000 à 800 000 morts, dans ce qu'elle qualifie de "guerre civile".

La publicité dans le New York Times a été payée par l'Armenian Educational Foundation, une association qui aide financièrement les étudiants arméniens autour du monde.

VOIR AUSSI:

INOLTRE SU HUFFPOST