Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Lien entre Cloutier et Charkaoui: Lisée ne s'excuse pas (VIDÉO)

Le candidat à la direction du Parti québécois (PQ) Jean-François Lisée a reconnu mardi qu'il aurait dû se limiter à souligner que le prédicateur controversé Adil Charkaoui "a dit du bien" des positions sur la laïcité de son adversaire Alexandre Cloutier.

M. Lisée a déclaré qu'il n'aurait pas dû utiliser le mot "appui" pour décrire cette situation, ce qui l'a mené la semaine dernière à retirer ses propos sur les réseaux sociaux.

Lors d'une conférence de presse où il a présenté de nouveaux appuis à sa campagne, M. Lisée a affirmé qu'il avait démontré son côté "bagarreur" lorsqu'il a transmis un message associant M. Charkaoui à la campagne de M. Cloutier.

D'ici au vote des militants pour le choix du prochain chef du PQ, et ensuite s'il est élu, M. Lisée s'est engagé à surtout mettre son côté "rassembleur" de l'avant.

Samedi dernier, M. Cloutier a annoncé qu'il avait avisé la Sûreté du Québec en raison des messages menaçants reçus à la suite de l'association faite par M. Lisée avec M. Charkaoui, porte-parole du Collectif québécois contre l'islamophobie.

Aux journalistes, M. Lisée a fait référence aux divers sens du mot "appui" pour expliquer son message sur les réseaux sociaux, qu'il a ensuite retiré pour des raisons de sécurité.

"J'ai compris que c'est un sens général où ce n'est pas un appui, a-t-il dit. Mais il a dit du bien de. Si c'était à refaire je dirais: 'il a dit du bien de'. Si c'était à refaire, je pense qu'on ne referait pas la journée, de part et d'autres."

M. Lisée a estimé que ses nouveaux appuis, qui portent à cinq le nombre de députés dans son équipe, placent son organisation à égalité avec celle de M. Cloutier et les 13 députés dans son groupe.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.