NOUVELLES
20/09/2016 12:26 EDT | Actualisé 21/09/2017 01:12 EDT

Impôt des sociétés: Bernier propose de faire passer le taux de 15 à 10 pour cent

OTTAWA — Pendant que son adversaire Kellie Leitch poursuit sa croisade contre les valeurs anticanadiennes, Maxime Bernier continue à effeuiller son plan économique.

Dans un discours livré au Canadian Club, à Toronto, mardi matin, le candidat à la direction du Parti conservateur a dévoilé quatre nouvelles mesures qui figureront dans sa plateforme fiscale.

Il propose notamment de faire passer de 15 à 10 pour cent le taux d'imposition des sociétés du Canada, qui est selon lui «le 15e plus élevé parmi les 34 pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques)».

Il rompt aussi clairement avec la timidité qui règne au sein de son parti concernant une possible aide du gouvernement fédéral à Bombardier en suggérant de «mettre la hache dans les subventions aux entreprises».

Car ces subsides créent, selon lui, «des distorsions inéquitables dans l'économie en favorisant certains secteurs au détriment des autres».

Le plan fiscal en quatre points présenté par M. Bernier prévoit également d'abolir l'impôt sur les gains en capital et de faire de la déduction pour amortissement accéléré une mesure permanente du régime fiscal canadien et de l'étendre à tous les secteurs.

Le candidat de Beauce a multiplié les annonces à caractère économique depuis qu'il s'est lancé dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada, en juillet dernier.

Ses adversaires confirmés — Kellie Leitch, Tony Clement, Michael Chong et Deepak Obhrai — ont jusqu'à présent été moins loquaces, bien qu'ils aient récemment été traînés sur le terrain identitaire par Mme Leitch.

La députée ontarienne à l'origine de l'idée du filtrage «des valeurs anticanadiennes» des immigrants a clairement signalé avoir l'intention de poursuivre cette conversation.