Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Controverse Trump-Skittles : le photographe dit être un réfugié

L'homme à l'origine de la photo publiée par Donald Trump fils pour faire une comparaison entre des réfugiés et des bonbons Skittles empoisonnés, dans un message Twitter largement relayé, affirme qu'il a lui-même été un réfugié.

David Kittos, un résident de Guilford au Royaume-Uni, a fui la Turquie avec sa famille à l'âge de six ans, a-t-il raconté à la BBC. L'image du bol de friandises en question a été publiée en 2010 sur le site Flickr.

Dorénavant un citoyen britannique, M. Kittos craint que la campagne électorale de Donald Trump n'entende pas son message. « J'aimerais qu'ils enlèvent cette image, mais ils ne sont probablement pas intéressés par ce que j'ai à dire », poursuit-il.

This image says it all. Let's end the politically correct agenda that doesn't put America first. #trump2016pic.twitter.com/9fHwog7ssN

- Donald Trump Jr. (@DonaldJTrumpJr) 19 septembre 2016

Donald Trump fils a publié la photographie accompagnée du texte : « Si vous aviez un bol de Skittles et que je vous disais que trois des bonbons vous tueraient, en prendriez-vous une poignée? Voilà notre problème avec les réfugiés syriens ».

« Cette image veut tout dire; mettons fin à la rectitude politique qui empêche de faire primer les intérêts des États-Unis », a-t-il ajouté en légende.

Pour David Kittos, qui n'a pas donné sa permission et n'appuie pas les politiques de Donald Trump, ce geste n'est qu'une preuve de cupidité pure.

« Ce n'est pas l'argent qui cause ce problème. Ils auraient pu acheter une image peu cher d'une banque de photos en ligne. C'est de l'avarice totale. Je ne pense pas qu'ils se soucient de mes sentiments. Ils ne devraient pas voler les images des autres », dénonce-t-il.

À la suite de la publication du message de Donald Trump fils, une représentante de Wrigley, qui produit les bonbons de marque Skittles, a déclaré qu'associer des réfugiés à des friandises n'était pas une analogie appropriée, se refusant à tout autre commentaire.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.