NOUVELLES
20/09/2016 13:07 EDT | Actualisé 21/09/2017 01:12 EDT

Attentats de New York : la piste de la radicalisation pourrait être examinée

Ahmad Khan Rahami, l'auteur présumé de la série d'attentats à l'explosif commis samedi à New York et dans la région du New Jersey, pourrait s'être radicalisé à la suite de séjours effectués au Pakistan et en Afghanistan, selon des informations qui commencent à émerger sur son passé.

Le suspect, né en Afghanistan, mais naturalisé américain, serait retourné plusieurs fois dans son pays d'origine au cours des dernières années, selon des informations recueillies par les autorités.

Il aurait également séjourné pendant près d'un an dans la ville de Quetta, au Pakistan, où il se serait marié en 2011. Cette ville, située dans le sud-ouest du pays, à proximité de la frontière afghane, est très fréquentée par les talibans.

Des proches du jeune homme de 28 ans ont révélé au quotidien américain The New York Times que son comportement aurait changé au retour d'un de ses voyages en Afghanistan.

Le père d'Ahmad Khan Rahami, Mohammad Rahami, a indiqué à certains médias américains qu'il avait contacté le FBI en 2014 pour les prévenir que son fils était un terroriste.

Ahmad Khan Rahami a d'ailleurs été rencontré par le FBI au retour d'un de ses voyages, mais les enquêteurs n'avaient rien trouvé « d'anormal », selon une source gouvernementale.

Des médias avancent que les autorités auraient néanmoins trouvé des documents faisant notamment référence à Oussama Ben Laden et aux frères Tsarnaev, responsables des attentats de Boston d'avril 2013, en sa possession.

Ahmad Khan Rahami a en outre passé trois mois derrière les barreaux en 2014 pour avoir agressé l'un de ses frères à l'arme blanche, avant d'être blanchi par un jury.

Pour l'instant les autorités demeurent prudentes et ne sont pas encore en mesure de déterminer les possibles motivations du suspect. Ce dernier est toujours hospitalisé, après avoir été blessé durant l'intervention qui a conduit à son arrestation.

Selon les plus récentes informations, il serait toujours dans un état critique, mais stable.

Les autorités tentent également de déterminer si le suspect a agi seul. Elles ont précisé que les enquêteurs passaient encore au peigne fin ses relations familiales et sociales ainsi que ses activités sur les réseaux sociaux.