NOUVELLES
19/09/2016 08:38 EDT | Actualisé 19/09/2016 08:38 EDT

Syrie: au moins 12 morts dans une attaque sur un convoi humanitaire

Un convoi d'aide humanitaire qui devait desservir 78 000 Syriens a été atteint par des frappes aériennes, lundi, et au moins 12 personnes ont été tuées.

Selon le premier bilan, 18 des 31 camions des Nations unies et de la Croix-Rouge qui étaient dans la localité de Urem al-Kubra, à l'ouest d'Alep, ont été touchés. Les travailleurs s'apprêtaient à transférer le matériel dans un entrepôt de la Croix-Rouge. Le bâtiment a également été touché.

Au moins 12 personnes ont perdu la vie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), ajoutant que la plupart des victimes étaient des employés de la Croix-Rouge et des chauffeurs. Les Casques blancs syriens - un groupe de bénévoles civils qui sont souvent les premiers répondants - parviennent au même bilan.

Le coordonnateur de l'aide humanitaire du bureau des Nations unies en Syrie, Jan Egeland, a écrit par message texte que le convoi avait été "bombardé". Il a qualifié d'"outrage" l'attaque survenue au moment où la marchandise des camions était entreposée.

Le cessez-le-feu négocié par les États-Unis et la Russie qui est entré en vigueur la semaine dernière en Syrie semblait sur le point de voler en éclats, lundi. De multiples infractions à l'accord sont survenues au moment où l'aide humanitaire se fait toujours attendre dans les secteurs rebelles d'Alep, dans le nord du pays.

L'incertitude plane aussi sur l'ouverture d'un nouveau centre de commandement qui permettrait aux États-Unis et à la Russie de coordonner leurs attaques contre les djihadistes à travers le pays. Ce centre devait ouvrir si la trêve tenait le coup pendant sept jours.

L'armée syrienne a annoncé lundi que la trêve était terminée. Elle a blâmé les "groupes terroristes armés" qui auraient contrevenu aux conditions du cessez-le-feu et profité de la situation pour se mobiliser, pour se réarmer et pour attaquer les secteurs gouvernementaux.

Un dirigeant de l'opposition a quant à lui déclaré que le cessez-le-feu était "cliniquement mort" en raison des multiples violations du gouvernement de Bachar el-Assad.

Des quartiers rebelles d'Alep ont essuyé dimanche des frappes aériennes pour la première fois depuis le début du cessez-le-feu, faisant au moins 20 morts et plusieurs blessés, selon des militants de l'opposition.

L'opposition a affirmé lundi que le régime s'était rendu coupable de 254 violations depuis que la trêve est entrée en vigueur lundi dernier et que 92 personnes avaient été tuées à travers le pays, dont 29 enfants ou adolescents et 17 femmes.

Le gouvernement réplique que les insurgés ont commis 32 infractions pendant la seule journée de dimanche.

Un dirigeant de l'opposition a déploré lundi que le but premier de la trêve - l'ouverture de couloirs humanitaires à destination d'Alep - ait échoué.

Le Comité international de la Croix-Rouge a toutefois annoncé qu'un autre convoi mixte de 45 camions de la Croix-Rouge, du Croissant-Rouge et des Nations unies avait rejoint la ville assiégée de Talbiseh, dans la province centrale de Homs. Le convoi transportait de la nourriture, des produits d'hygiène et l'équipement nécessaire pour réparer le réseau d'eau potable de cette ville de 84 000 habitants.

VOIR AUSSI:

Galerie photo Syria's Rebels In Their Former Lives Voyez les images