NOUVELLES
18/09/2016 06:36 EDT | Actualisé 19/09/2017 01:12 EDT

Trois soldats tués par des jihadistes présumés dans le sud du Yémen

Trois soldats yéménites ont été tués dimanche lors de deux attaques dans le sud du Yémen, ont indiqué des sources de la sécurité en accusant des jihadistes, très actifs dans la région.

Dans la grande ville portuaire d'Aden, un homme armé circulant à moto a tiré sur deux soldats les blessant mortellement, alors qu'ils étaient attablés dans un restaurant du quartier de cheikh Othmane, a indiqué un responsable des services de sécurité.

"L'assaillant serait membre d'Al-Qaïda ou de Daech" (acronyme arabe du groupe jihadiste sunnite Etat islamique), a-t-il ajouté.

Un troisième soldat a trouvé la mort dans une attaque similaire à Sabr, localité de la province voisine de Lahj, a indiqué une autre source de la sécurité.

Dans les deux attaques, les assaillants ont réussi à prendre la fuite, selon les mêmes sources.

Militaires et policiers sont souvent la cible des jihadistes, très actifs dans le sud du Yémen où le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi peine à rétablir la sécurité dans les zones reprises à l'été 2015 aux rebelles chiites Houthis.

Les Etats-Unis considèrent la branche d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) comme la plus dangereuse du réseau extrémiste sunnite. Ils traquent ce groupe basé au Yémen avec des attaques de drone notamment.

Le 6 septembre, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom) avait confirmé que 13 combattants présumés d'Al-Qaïda avaient été tués dans trois frappes aériennes menées en août et début septembre.

De telles frappes "mettent constamment la pression sur le réseau terroriste et l'empêchent de préparer et de mener des attaques contre les ressortissants américains, notre nation et ses alliés", a-t-il souligné.

Le 8 septembre, le directeur de la CIA John Brennan a déclaré que l'EI et Al-Qaïda, rivaux en Syrie, coopèrent au Yémen face à leurs ennemis communs, les Houthis et les forces gouvernementales soutenues par une coalition arabe.

Les Houthis contrôlent la capitale Sanaa et une grande partie du nord du Yémen où la guerre a fait plus de 6.600 morts.

bur-faw/tm/ras/feb