NOUVELLES
18/09/2016 08:00 EDT | Actualisé 19/09/2017 01:12 EDT

Les libéraux auront-ils la tâche facile à Ottawa malgré les dossiers chauds?

OTTAWA — Les libéraux, dominants dans les sondages, rentrent au Parlement avec aux commandes un chef toujours aussi populaire face à trois partis d'opposition en phase de reconstruction et à la recherche d'un nouveau capitaine.

La session parlementaire qui s'amorce lundi ne sera cependant pas de tout repos pour le gouvernement de Justin Trudeau. Deux enjeux particulièrement sensibles pour le Québec — les transferts en santé et le projet d'oléoduc Énergie Est — pourraient lui donner du fil à retordre.

Dans le dossier des transferts en santé, la table est mise pour un affrontement entre les provinces et Ottawa, qui a décidé d'aller de l'avant avec l'abaissement du taux de croissance annuel adopté sous les conservateurs et signalé que tout autre financement en santé serait rattaché à des conditions.

Le Bloc québécois promet de talonner le gouvernement sur cette question et sur celle du projet Énergie Est, même si le chef Rhéal Fortin est d'avis que le gouvernement libéral a déjà décidé qu'il allait dire oui au promoteur TransCanada.

Les conservateurs ont, au contraire, l'intention de défendre bec et ongles Énergie Est. Ils comptent par ailleurs faire de l'économie leur principal cheval de bataille, alors que le portrait est selon eux de plus en plus sombre.

De leur côté, les troupes libérales n'ont pas l'intention de chômer, a signalé le secrétaire parlementaire du ministre des Finances, François-Philippe Champagne. Le gouvernement se concentrera notamment sur les investissements en infrastructure et sur l'innovation, a-t-il indiqué.