NOUVELLES
18/09/2016 12:57 EDT | Actualisé 19/09/2017 01:12 EDT

Italie/4e journée - L'Inter renverse la Juventus, Naples passe devant

La Juventus n'est donc pas invincible: l'Inter Milan qui semblait pourtant moribonde a en effet frappé un très grand coup dimanche en renversant les Turinois (2-1) dans le "Derby d'Italie", offrant au passage la première place du classement à Naples.

Difficile de croire que l'équipe milanaise pleine de vie, d'agressivité et de ressources vue dimanche à San Siro est la même qui s'était piteusement inclinée jeudi à domicile face aux Israéliens de Beer Sheva (2-0) en Europa League.

Mais l'Inter s'est réveillée et elle a livré dimanche son meilleur match de la saison, de très loin, après avoir proposé le pire jeudi.

Les Milanais ont eu d'autant plus de mérite que l'ouverture du score de la Juventus - signée Lichtsteiner après un excellent travail d'Alex Sandro (66e) - aurait pu les couler définitivement.

Mais ils ont réagi immédiatement grâce à deux superbes coups de tête d'Icardi sur corner (68e) puis Perisic (78e) au bout d'une action commencée par une énorme erreur du milieu turinois Asamoah.

Ce succès relance le championnat, puisqu'après trois victoires d'affilée pour commencer, la Juventus semblait déjà lancée vers un nouveau scudetto. Mais c'est finalement Naples qui prend les commandes, avec 10 points, soit un de plus que la Juve (2e).

Cette victoire est aussi un soulagement pour le nouvel entraîneur de l'Inter Frank De Boer, débarqué à Milan à moins de deux semaines de la reprise du championnat et qui semblait jusque-là un peu perdu.

- Icardi décisif -

Très agressive et concentrée en défense, l'Inter a pu compter sur un duo inspiré au milieu de terrain avec deux de ses recrues, le Portugais Joao Mario et l'Argentin Banega.

Et devant, l'Inter dispose d'un immense atout, son capitaine et avant-centre Icardi, auteur du but de l'égalisation puis de la passe décisive sur celui de la victoire. A 23 ans, l'Argentin a inscrit 61 buts en Serie A, dont déjà quatre cette saison.

Les Milanais se retrouvent du coup à la sixième place avec sept points, autant que la Lazio Rome (4e) qui s'est bien relancée samedi en battant Pescara (3-0) et un de plus que leur rival de l'AC Milan (10e), qui a battu la Sampdoria Gênes 1-0 vendredi.

Du côté de la Juventus, le bilan de la semaine est terriblement décevant. Après le nul frustrant de mercredi contre Séville en Ligue des champions (0-0), cette défaite vient rappeler que tout n'est pas réglé dans l'équipe de Massimiliano Allegri.

Le départ de Pogba n'est pour l'heure que très imparfaitement compensé par Asamoah ou Lemina et le retour de blessure de Marchisio est attendu.

Et après avoir surpris en laissant Pjanic sur le banc mercredi, Allegri a encore étonné en lançant Mandzukic à la place de Higuain, qui n'a joué que 20 minutes.

"Cela fait mal de perdre comme ça. Il nous a manqué la solidité mais nous sommes encore en début de saison et cette défaite va nous faire du bien", a estimé le capitaine bianconero Gianluigi Buffon.

Le résultat de dimanche profite donc à Naples, nouveau leader. Samedi, les joueurs de Maurizio Sarri avaient en effet fait parler leur attaque de feu pour battre Bologne 3-1. Les Napolitains en sont à 12 buts inscrits en quatre matches, dont quatre pour l'avant-centre polonais Milik, recruté pour remplacer Higuain et qui s'est intégré à grande vitesse.

Et en clôture de cette 4e journée, la Roma n'est pas parvenue à rejoindre Naples. Battus 1-0 sur la pelouse de la Fiorentina après un match très animé, Totti et les siens restent à la 3e place, deux points derrière la Juve.

Les Florentins, qui se sont imposés sur un but de Badelj à la 83e minute, sont eux 8e avec six points, mais avec un match en retard.

stt/adc