NOUVELLES
18/09/2016 18:05 EDT | Actualisé 19/09/2017 01:12 EDT

"Game of Thrones" et "Veep" stars d'Emmys très politiques

La saga "Game of Thrones" et la satire politique "Veep" étaient favorites d'une soirée des Emmy Awards, où Donald Trump, ex-star de téléréalité et candidat républicain à la présidentielle, était la cible d'innombrables moqueries voire d'attaques en règle.

A moins de deux mois de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, le ton de la soirée était marqué de références à une campagne particulièrement acrimonieuse cette année.

Dans la séquence d'ouverture, l'animateur Jimmy Kimmel est monté dans la limousine présidentielle conduite par... Jeb Bush, candidat républicain malheureux, qui a lancé "si on mène une campagne positive, les électeurs finissent pas faire le bon choix" avant d'ajouter: "c'était une blague Jimmy".

Autre allusion à l'année électorale, le présentateur a déclaré: "si ce n'était pour la télévision, est-ce que Donald Trump serait candidat à la présidentielle aujourd'hui? Non".

- "Trump, un héritier d'Hitler" -

Référence au passé de vedette de l'émission "The Apprentice" de Donald Trump, Kimmel a ajouté: "nous n'avons plus besoin de regarder la téléréalité, nous la vivons".

Jill Soloway, créatrice de "Transparent" et de nouveau primée dimanche, s'en est pris bien plus violemment au candidat qu'elle a qualifié de "l'un des plus dangereux monstres de notre époque, un héritier d'Hitler".

Ardente supportrice de Hillary Clinton, l'actrice Julia Louis-Dreyfus, s'est fait une place au Panthéon des Emmys: elle a gagné pour la cinquième fois le prix de la meilleure actrice comique grâce au rôle de la (vice-)présidente incompétente Selina Meyers dans "Veep".

C'est la sixième statuette au total pour ce prix, un record depuis la naissance des Emmys en 1949.

"'Veep' a abattu la frontière entre comédie et politique. Ce qui a débuté comme une satire ressemble maintenant à un documentaire. Alors je promets de reconstruire ce mur et de faire payer le Mexique", a déclaré la comédienne de 55 ans, allusion à une promesse de Trump.

Sarah Paulson a été récompensée pour son interprétation de la procureure Marcia Clark, qui l'accompagnait dimanche, dans "The People vs O.J. Simpson".

Cette mini-série en tête des nominations avait déjà reçu cinq prix à mi-parcours de la soirée.

Elle retrace la bataille des avocats de Simpson et de l'équipe d'accusation menée par Clark, convaincue de la culpabilité d'O.J. Simpson, l'ex-champion de football américain accusé de double homicide.

Marcia Clark a été à l'époque jugée largement responsable de ce qui a été considéré par beaucoup comme un échec, l'acquittement de Simpson à l'issue du procès du siècle en 1995.

"Je suis désolée" a dit Paulson a son modèle, louant son intelligence, la résilience de cette mère de famille qui voulait rendre justice à "deux victimes innocentes, Nicole Brown Simpson et Ron Goldman".

Saluant le succès de ce "docu-drama", Kimmel a lancé à propos de Simpson, qui fut finalement placé derrière les barreaux pour une affaire de cambriolage: "je me demande si O.J. fait une fête pour regarder la cérémonie".

- "Game of Thrones" -

La saga médiévo-fantastique "Game of Thrones", déjà lauréate de 35 Emmys, pourrait devenir la série la plus primée de l'histoire de ces prix et battre le sitcom "Frasier" qui détient le record avec 37 prix.

Plusieurs de ses acteurs (Kit Harrington, Peter Dinklage, Lena Headey, Emilia Clarke...) sont en lice pour les prix d'interprétation.

Le thriller d'espionnage "The Americans" pourrait de son côté décrocher quelques victoires surprises: acclamée par la critique, elle a souvent été nommée mais rarement récompensée.

Ses interprètes Matthew Rhys et Keri Russell font partie des finalistes pour les meilleurs acteurs ou actrices dramatiques.

Robin Wright est également une prétendante naturelle pour le prix de la meilleure actrice: elle est nommée pour la quatrième fois pour le rôle de Claire Underwood dans le thriller politique "House of Cards" mais n'a encore jamais remporté d'Emmy.

Viola Davis, professeure de droit criminel dans "Murder", est de nouveau finaliste après avoir été la première Afro-américaine à remporter cette statuette l'an dernier. Elle a affirmé que "la situation des actrices de couleur s'améliore" à la télévision.

Côté comédie, les deux prix masculins sont revenus à deux acteurs interprétant des femmes... Jeffrey Tambor pour la deuxième année de suite a été récompensé pour avoir joué une transsexuelle dans "Transparent", et Louie Anderson une mère de famille dans "Baskets".

Chez les comédiens, la course était très serrée entre la star de "House of Cards", Kevin Spacey, et Rami Malek, vedette de "Mr. Robot", l'une des nouvelles séries les plus en vue à la télévision américaine.

ved/vog