NOUVELLES
18/09/2016 06:21 EDT | Actualisé 19/09/2017 01:12 EDT

Egypte: un comité pour résoudre les différends agricoles avec la Russie

L'Egypte a annoncé dimanche la création d'un comité gouvernemental pour "négocier" avec la Russie, alors que les relations entre les deux partenaires commerciaux se sont tendues en raison de différends concernant leurs exportations agricoles.

Moscou avait accusé Le Caire, premier importateur de céréales russes, de vouloir se livrer à un "marchandage" en cessant d'importer son blé pour des motifs sanitaires, avant d'annoncer la suspension à partir du 22 septembre de ses importations d'agrumes en provenance d'Egypte.

"Un comité de haut niveau a été créé (...) pour mener des négociations avec la partie russe sur les importations et les exportations russes", a indiqué le ministère de l'Agriculture égyptien.

Il fait état d'une réunion prévue avec l'ambassadeur de Russie au Caire "pour étudier les questions qui doivent être résolues et lever tout obstacle".

Premier importateur de blé dans le monde et premier client des céréales russes, l'Egypte a durci fin août son cahier des charges sanitaire et refuse désormais les chargements comportant toute trace d'ergot (une maladie du blé). Depuis, elle n'importe plus de blé russe.

Ces dernières années, Moscou a imposé quasi systématiquement des limitations sur les importations agroalimentaires des pays avec qui ses relations se tendaient, sous la forme d'un embargo ou au motif officiel d'infractions aux normes sanitaires.

Un haut responsable du ministère russe de l'Agriculture, Vladimir Volik, avait dénoncé mercredi le "marchandage" du Caire, alors que la Russie prévoit une moisson record cette année de nature à conforter sa place de premier exportateur mondial de blé.

Dans la foulée, l'agence sanitaire russe a annoncé vendredi l'adoption, à partir du 22 septembre, de "restrictions temporaires à l'importation dans la Fédération de Russie de produits à haut risque phytosanitaire provenant d'Egypte".

Cette autorité avait dénoncé "la persistance de la livraison de produits comportant des risques sanitaires en violation de la législation internationale et russe".

La Russie importe d'importantes quantités d'agrumes égyptiens, encore plus depuis qu'elle a imposé un embargo sur certains fruits et légumes turcs l'an dernier, représentant plusieurs centaines de millions de dollars chaque année.

Dimanche, le ministère égyptien de l'Agriculture a précisé que plus de 21% des exportations d'agrumes de l'Egypte sont allées à la Russie cette année et souligne "les relations privilégiées" entre les deux pays.

tgg/feb